Huawei sanctionne deux employés chinois pour avoir tweeté avec un iPhone d'Apple - DIA
39139
single,single-post,postid-39139,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
dia-huawei

Huawei sanctionne deux employés chinois pour avoir tweeté avec un iPhone d’Apple

DIA-04 janvier 2019: Deux employés du groupe chinois ont vu leur salaire baisser à cause de tweets envoyés depuis un iPhone. D’autres entreprises du pays dissuadent leurs salariés d’utiliser la marque américaine ou subventionnent l’achat de marques nationales.

«Envoyé via Twitter sur iPhone». Cette petite phrase a causé de gros ennuis à quelques employés de la marque chinoise Huawei. Le 31 décembre en fin de soirée, le compte officiel de l’entreprise «Huawei Technologies» a tweeté un message de bonne année depuis un iPhone. Le post a été supprimé rapidement mais quelques captures d’écran ont suffi à révéler la bourde. 

En cette période de vives tensions entre la Chine et les Etats-Unis, le vice-président de Huawei Chen Lifang n’a pas pris l’affaire à la légère. Dans un mémo interne repéré le 3 janvier par Reuters, il a affirmé que l’incident avait causé «des dommages à l’image de marque de Huawei». «L’erreur révèle un manquement dans les procédures de contrôle» ajoute-t-il. En conséquence, deux employés de l’entreprise Sapient, qui gère en sous-traitance la communication de Huawei ont vu leur salaire être réduit de 5 000 yuans soit 649 euros. Le directeur du marketing numérique du fabricant chinois va également subir un gel de sa rémunération pendant un an.

Selon la marque, le problème serait dû à un souci de «VPN», ces réseaux privés virtuels qui permettent, entre autres, de contourner le contrôle des autorités sur certains sites. En Chine, Twitter n’est par exemple pas accessible tout comme Facebook. Lors des vœux pour 2019, les «VPN» sur les ordinateurs du sous-traitant Sapient n’ont donc pas fonctionné et ont contraint les employés à utiliser un iPhone pour tweeter. Ce genre de bourde avait déjà été commise par le constructeur Samsung. Mi-décembre, le compte indien de la marque sur Twitter avait posté un message pour faire la promotion de la qualité des photos du Samsung Galaxy A9 depuis…un iPhone.

Encourager l’achat de produits chinois
Sur fond de patriotisme économique, d’autres entreprises chinoises ont décidé d’agir. En décembre dernier, le South China Morning Post rapportait que Menpad, une société de pièces détachées qui produit notamment des écrans LCD pour Huawei, avait décidé de punir ses employés équipés d’iPhone. Concrètement, Menpad promet de mettre en place des pénalités financières – directement déduites du salaire – équivalentes au prix d’achat de l’iPhone en question, ce qui peut représenter une grosse somme d’argent sachant que les nouveaux modèles avoisinent les 7 000 yuans (environ 900 euros) sur place. Menpad a également annoncé qu’elle allait cesser de se fournir en produits américains pour ses équipements de bureau, ses ordinateurs et même ses voitures de fonction. À l’inverse, chaque employé faisant le choix d’un téléphone Huawei ou ZTE (une autre marque chinoise, NDLR) bénéficiera d’une réduction de 15% à l’achat. Menpad va encore plus loin en annonçant qu’elle doublera la commission de ses salariés parvenant à vendre ses produits à des clients américains. D’autres entreprises chinoises comme Fuchun Technology ou Chengdu RYD Information Technology ont mis en place des dispositifs similaires.

Autant de tentatives de boycott qui arrivent au pire moment pour Apple. La firme vient d’annoncer une prévision de chiffre d’affaires moins important que prévu pour le dernier trimestre de son année fiscale. Une mauvaise performance due en grande partie au marché chinois, arrivé à maturité sur les smartphones et où Apple est à la traîne. Selon les chiffres de Reuters, Huawei détient 23% des parts de marché dans l’Empire du Milieu alors que l’entreprise américaine plafonne à 9%. Au niveau mondial, le fabricant chinois est passé devant Apple au deuxième trimestre 2018, devenant le deuxième plus gros fabricant de smartphone derrière le géant coréen Samsung.