DIA | Huit partis politiques de l’opposition saluent le dialogue prôné par Gaid Salah
42938
post-template-default,single,single-post,postid-42938,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Huit partis politiques de l’opposition saluent le dialogue prôné par Gaid Salah

DIA-04 juin 2019: Les responsables de huit (8) partis de l’opposition ont salué, lundi lors d’une réunion à Alger, le principe du dialogue prôné par le Chef d’état-major de l’Armée nationale populaire (ANP), affirmant que le dialogue « sérieux et responsable » était la voie idoine pour la concrétisation des revendications populaires.
Lors d’une réunion de concertation tenue au siège du parti de l’Union des forces démocratiques et sociales (UFDS), ces partis ont valorisé l’appel au dialogue lancé, la semaine dernière à partir de Tamanrasset, par le vice-ministre de la Défense nationale, chef d’Etat-major de l’ANP, le Général de corps d’Armée, Ahmed Gaïd Salah, soulignant leur attachement à « un dialogue souverain, sérieux et responsable pour parvenir à une solution idoine et efficace permettant la concrétisation des revendications populaires ».
Saluant la forte détermination du peuple algérien à poursuivre son Hirak tout au long du mois de Ramadhan, ils ont mis en avant l’exigence du départ « des symboles du système en tant que condition garantissant le succès du dialogue et la crédibilité de ses conclusions ».
Par ailleurs, ces huit partis ont qualifié, dans le communiqué sanctionnant leur rencontre, « +la fatwa+ décrétée dans le communiqué rendu par du Conseil constitutionnel, d' »anticonstitutionnelle et non conforme aux aspirations du peuple ».
Ces formations politiques ont valorisé, également, « la lutte continue du peuple algérien pour le changement souhaité », appelant à « la vigilance face aux plans suspicieux visant à attenter à l’unité et à l’intégrité du Hirak et aux revendications légitimes du peuple algérien ».
Réitérant « leur soutien à la poursuite du Hirak populaire pacifique, qui a révélé la maturité des Algériens et leur attachement à un changement réel », ils ont mis en avant l’impératif de préserver l’Etat national et de protéger la révolution populaire en veillant à la réunion des garanties nécessaires pour la cristallisation de la volonté populaire et la protection des droits et libertés individuelles et collectives.
Par ailleurs, les signataires ont appelés les instances judiciaires à s’acquitter des missions qui leur sont dévolues en vertu de la Constitution net de la Loi dans la lutte contre la corruption politique et la protection du denier public contre les grands crimes économiques, soulignant l’impératif de respecter les principes et les procédures d’une justice équitable et d’éclairer l’opinion publique sur les affaires et dossiers par souci de garantir la transparence de la procédure et d’éviter toute interprétation pouvant discréditer la justice.    
Ces formations politiques ont affiché, en outre, le souhait d’aller vers une conférence nationale inclusive afin de convenir d’une vision claire et commune à même de permettre la concrétisation des revendications du peuple.
 
Le communiqué final a été signé par le président du parti Talaie El Hourriyet, Ali Benflis, le président du parti de l’Union des forces démocratiques et sociales (UFDS), Noureddine Bahbouh, le président du parti Front de justice et de développement (FJD), Abdallah Djaballah, le parti de la Liberté et de la justice (PLJ), Mohamed Saïd, le président du parti Fadjr El-Djadid, Tahar Benbaibèche, le président du Mouvement de la Société pour la Paix (MSP), Abderrazak Mokri , le Secrétaire général du Mouvement Ennahda, Yazid Benaicha, et le président du parti Mouvement El Bina, Abdelkader Bengrina.