Illizi, Djanet et d'autres villes du pays sinistrées : le gouvernement aux abonnés absents - DIA
43129
single,single-post,postid-43129,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
JANET

Illizi, Djanet et d’autres villes du pays sinistrées : le gouvernement aux abonnés absents

DIA-10 Juin 2019: Plusieurs villes de l’extrême Sud du pays sont actuellement sinistrées suite aux dernières intempéries ayant touché ces régions qui connaissent des pluies torrentielles et des crues d’oued en cette période de l’année. En l’espace de trois jours, les villes Illizi, Djanet voire une partie de Tamanrasset sont devenues des zones sinistrées en raison des pluies qui s’étaient abattues.

Il faut déplorer dans cette situation l’absence de la réaction du gouvernement et des plus hautes autorités du pays, ainsi que le manque pour ne pas dire l’absence d’une couverture médiatique, notamment de la part des médias lourds (les chaînes TV) de la catastrophe ayant frappé ces régions du Sud.

Les informations qui parviennent de ces régions pour rendre compte de l’ampleur de cette catastrophe naturelle, émanent des activistes sur les réseaux sociaux. Ces derniers ont même lancé «une opération pour sauver Djanet».

Des appels ont été lancés à travers les réseaux sociaux par des activistes pour collecter toutes formes d’aides à acheminer vers ces villes sinistrées.

Sur un autre registre, les autorités du pays, notamment les walis ont toujours reproché aux services de la météo en Algérie de ne pas les avertir à temps quant aux intempéries qui peuvent survenir. Or, les services de la météo avaient émis plusieurs bulletins météorologiques spéciaux (BMS) afin que des mesures puissent être prises par les autorités du pays et éviter ainsi des sinistres aux régions concernées.

Les intempéries qui ont plongé Djanet et Illizi dans une situation de catastrophe naturelle, viennent mettre à nu le manque de compétence des walis, sachant que certains d’entre eux comparaissent en justice pour des affaires de corruption. On est ainsi tenté de dire que ces walis ne sont pas au service des citoyens mais des hommes d’affaires et autres entrepreneurs auxquels ils offrent des privilèges contre des pots-de-vin.

Il faut aussi blâmer le gouvernement qui n’a pas envoyé des aides à ces régions qui sont toujours sinistrées, ce qui explique le courroux des populations contre ceux qui nous gouvernent !  

Mohamed Nassim