Interdiction pour les commerçants d'exposer les différents produits en dehors des magasins - DIA
35311
single,single-post,postid-35311,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-Marché peuple

Interdiction pour les commerçants d’exposer les différents produits en dehors des magasins

DIA-05 SEPTEMBRE 2018: Désormais, le ministère du Commerce a décidé d’appliquer la réglementation en vigueur en interdisant aux commerçants d’exposer leurs produis en dehors des magasins. Cette décision a été prise sur instruction du gouvernement a-t-on précisé auprès du ministère du Commerce.
Il s’agit de lutter en fait contre tous les facteurs pouvant provoquer des maladies, notamment après l’épidémie du choléra qui a touché plusieurs wilayas du pays. Des commerçants ont pris la fâcheuse habitude d’exposer en dehors des magasins, sous le soleil des fardeaux d’eau et autres produits périssables, sans qu’ils ne soient inquiétés par les services du ministère du Commerce.
Une habitude devenue banale dans la mesure où plusieurs produits sont exposés sur les trottoirs et à la devanture des magasins. Désormais, des contraventions seront adressées aux commerçants qui exposent des produits en dehors de leurs magasins.
Toutefois, il faut relever le manque de civisme et de vigilance des citoyens qui n’hésitent pas à acheter des produits frais, tels les fromages et les yaourts et même le pain qui sont exposés au soleil à longueur de journée. A titre d’exemple le marché sauvage de Maktaa Kheira, situé entre Boufarik et Koléa, présente un danger pour la santé publique puisque des «commerçants» abattent sur place des moutons er de la volaille pour les exposer à longueur de journée à tous les microbes et autres parasites, sans observer la moindre condition d’hygiène. Malgré cette insalubrité, des citoyens achètent ces produits.
Il s’agit en somme d’un effort que doivent consentir les autorités et les citoyens pour éviter la prolifération de ce genre de commerce qui relève d’un problème réel de santé publique.
Mohamed Nassim