DIA | « Israël, le voyage interdit », le dernier documentaire de Jean-Pierre Lledo
53445
post-template-default,single,single-post,postid-53445,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

« Israël, le voyage interdit », le dernier documentaire de Jean-Pierre Lledo

DIA- 01 août 2020: Le réalisateur algérien Jean-Pierre Lledo a signé définitivement sa rupture avec l’Algérie en produisant cette année un film en Israël sur ses liens avec l’Etat hébreu. Le film s’intitule sobrement « Israël, le voyage interdit » dans lequel il effectue un voyage avec sa fille Naouel à la recherche de ses liens avec Israël à travers le passé de son oncle maternel, qui avait quitté l’Algérie en 1961 pour les territoires occupés.  

Fils d’un communiste français et d’une juive, Jean-Pierre Lledo, qui est né le 31 octobre 1947 à Tlemcen est devenu un cinéaste et réalisa plusieurs films en Algérie. Parmi ses films connus : « L’empire des rêves »en 1982, « Lumières » en 1989 ou encore « Un rêve algérien » en 2003, sur le parcours de l’écrivain et journaliste français Henri Alleg. Mais en 2007, il choisit de faire un documentaire sur la présence des juifs en Algérie dans un doc qui s’intitule « Il ne reste dans l’oued que ses cailloux », mais par la suite, le réalisateur change sa version du scénario et transforme le doc à charge contre le FLN, l’accusant notamment des massacres des pieds noirs à Oran le jour de l’indépendance.
Cette affaire poussa, le ministère  de la Culture à interdire le documentaire en Algérie et Jean-Pierre Lledo décide de faire sortir le film en France avec un autre titre: « Algérie, histoires à ne pas dire », profitant de la polémique pour obtenir une couverture médiatique maximum. 
Depuis Jean-Pierre Lledo est interdit de tourner en Algérie et il choisit de s’exiler en Israël pour poursuivre sa carrière de réalisateur. Ce choix signe définitivement la fin de sa relation passionnée avec l’Algérie. Dans cette bande annonce on retrouve également les images de Boualem Sansal, qui avait été critiqué pour ses voyages en Israël.  
Salim Bey