Le journaliste de l'émission Le Quotidien rate son reportage sur l'Algérie (Vidéo) - DIA
25898
single,single-post,postid-25898,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-CHAOUCH

Le journaliste de l’émission Le Quotidien rate son reportage sur l’Algérie (Vidéo)

DIA-08 décembre 2017: Comme il fallait s’y attendre, l’émission « Le Quotidien » diffusée sur TMC et que présente le journaliste français, Yann Barthès, a fait des siennes sur l’Algérie. Son journaliste, le franco-algérien Azzedine Chaouch qui a fini par avoir son visa (Il est d’origine algérienne mais n’a pas de passeport) suite à l’intervention de Macron auprès d’Ouyahia, est revenu avec un sujet plus léger que d’habitude. 

Dans son sujet, Azzedine Chaouch revient sur son « escale politique » à Alger, en commençant son reportage par une discussion avec la fanfare de la garde républicaine sur la marseillaise. Il confond, le président du sénat Bensalah avec le premier ministre Ouyahia et surtout s’attaque ( faute de victime algérienne) au ministre de la délégation française, Darmanin, oubliant de citer que son grand père est algérien et qu’il a combattu aux cotés des français durant la grande guerre avant de rejoindre les harkis durant la guerre d’Algérie.   

Azzedine Chaouch tente de justifier sa vanne sur la visite de Macron au Maroc avant l’Algérie par une question, évitant de montrer comment le président français l’a humilié devant la presse.   

Bref, le travail de Chaouch à Alger a été stérile et sans saveur. Heureusement que l’équipe du décryptage du Quotidien à Paris était là pour sauver son sujet, en découpant séquence par séquence le sujet consacré à la rencontre entre Macron et le Président Bouteflika sur la télévision algérienne. Un décryptage qui n’aurait pas nécessité un déplacement à Alger, puisque le journaliste n’a pas assisté à la rencontre.  

Le journaliste franco-algérien précise sur le plateau de l’émission à Paris (une méthode qui a été déjà expliquée et décryptée à l’époque du grand journal), que les plans diffusés par Canal Algérie ont été volontairement sélectionnés, précisant que 4 plans ont servi pour meubler une séquence d’une (1) minute 30 d’images diffusées à l’écran. 

Au final, le travail d’Azzedine Chaouch n’a rien pas apporté de nouveaux au Schmilblick et le sujet de la nouvelle émission de Yann Barthès a été pour une fois moins incisif que les célèbres reportages réalisés dans le grand journal.    

Salim Bey