Quand une journaliste d'El Adjwa TV rate son interview avec Akim Leroy (Vidéo) - DIA
28513
single,single-post,postid-28513,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-Akim le roy

Quand une journaliste d’El Adjwa TV rate son interview avec Akim Leroy (Vidéo)

DIA-15 février 2018: L’ouverture audiovisuelle en Algérie est une bonne chose mais quand on voit parfois le niveau de formation et d’instruction de certains journalistes, on se dit , qu’en définitif, ce n’est pas une bonne chose. Dans cette vidéo, on découvre l’ampleur du journalisme en Algérie. Une journaliste de la chaîne El Adjwa Tv est venue faire une interview avec le comique français d’origine algérienne Akim Leroy. Seulement voila la journaliste qui ne maîtrise pas le français et a toutes les peines du monde à réaliser l’interview. Une situation bien coquasse qui a fait rire le comique qui a posté cette vidéo pour en révéler la teneur. Regardez !  

Pour rappel Akim Leroy, de son vrai nom Akim Medbou, est né en France, de père algérien et de mère française.

Il a déclaré lors de son passage dans son pays d’origine : « Mes origines sont à Azzaba, et je ne suis pas venu en Algérie depuis plus de 20 ans. Aujourd’hui, je suis là, et d’ailleurs je prépare un one man show sur les événements qui ont suivi la rencontre de notre équipe nationale contre l’Egypte », dit-il. C’est un artiste qui se définit comme un comique. Il a participé aux 5ème et 6ème festivals francophones du rire de Marrakech et a animé plusieurs émissions de télévision en France. Dans ce pays, il est aussi connu pour être un grand ami des artistes. On le voit avec toutes les personnalités artistiques et politiques de l’Hexagone ; mais ce qui l’intéresse, c’est la vocation artistique dont il dispose.« J’aimerais faire quelque chose en Algérie et je reste disponible à toutes les propositions », dira t-il lors de son passage à Alger . Son personnage fétiche, aux connotations bien algériennes, qu’il fait vivre à travers des sketchs comiques est « Chibania ». Son autre souhait est de prendre part à la fête de la fraise au mois de juin prochain. « C’est ma façon de déclarer mon algérianité et mon attachement à mes racines », a-t-il ajouté. 

Amel Bouchaib