Alors que la JSK est désormais reléguable, Saadi s'en prend à l'arbitre - DIA
28584
single,single-post,postid-28584,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-Nouredine-Saadi

Alors que la JSK est désormais reléguable, Saadi s’en prend à l’arbitre

DIA-16 février 2018: La JS Kabylie devient premier reléguable après sa défaite à Tadjenent sur le score de 1-0, à l’occasion de la 20e journée du championnat de Ligue 1. Avec 19 points récoltés en 20 matches, la JSK occupe la 14e place et peine à sortir de la zone rouge.
Son entraineur, Nouredine Saadi, a ouvertement accusé l’arbitre du match. Il a indiqué que cet arbitre a causé la défaite de la JSK à Tadjenent. «C’est un arbitre malhonnête qui a complètement changé de comportement en deuxième mi-temps. En ce sens, il a mis un retard de 10 minutes pour reprendre la deuxième mi-temps. Ce n’est pas innocent de sa part puisqu’il a privilégié l’adversaire en seconde période et il a cassé le jeu en privant la JSK d’un penalty valable», a déclaré Saadi, ajoutant «qu’il y avait faute sur le but de Tadjenent».
Une semaine auparavant, après le nul concédé devant le NAHD à Tizi Ouzou, Saadi avait indiqué qu’il n’avait pas de baguette magique pour sauver la JSK. C’est dire que la JSK risque de connaitre cette année, pour la première fois de son histoire, le purgatoire en deuxième division.
Il est vrai que Saadi n’est pas entièrement responsable de cette situation, mais force est de reconnaitre qu’il a du mal à apporter un quelconque changement et à remettre la JSK sur rails. Le club qui avait entamé la préparation sous la présidence de Hannachi, a vu ce dernier destitué pour qu’il soit remplacé par Abdelhamid Sadmi qui a été floué par des pseudo-investisseurs italiens.
Sadmi a été remplacé par un directoire auquel a succédé un nouveau président, en l’occurrence Mellal. En somme, la JSK aura connu trois présidents et un directoire durant la saison en cours. Pour ce qui est de l’encadrement technique, quatre entraineurs se sont succédés à la tête du club, à savoir le duo Rahmouni-Moussouni, le vieux Jean-Yves Chay, Ait-Djoudi qui était aussi membre du directoire et Saadi, sans parler du Marocain Badou Zaki dont la venue a été empêchée à la dernière minute.
A cela s’ajoute les départs et arrivées massifs des joueurs, ce qui donne une instabilité chronique à la JSK, dont le maintien en Ligue 1 relève du miracle. En somme, tous les ingrédients sont réunis pour que la JSK rétrograde.
Nassim Fateh