Kaouane évoque avec l'ambassadeur américain l'émergence des médias électroniques - DIA
26141
single,single-post,postid-26141,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-John P. Desrocher KAOUANE

Kaouane évoque avec l’ambassadeur américain l’émergence des médias électroniques

DIA-14 décembre 2017: Le ministre de la Communication, Djamel Kaouane, a reçu jeudi au siège de son département ministériel, l’ambassadeur des Etats-Unis à Alger, John P. Desrocher, avec lequel il a passé en revue la situation de la presse aux Etats-Unis et en Algérie.

« L’entretien a été une occasion pour passer en revue la situation de la presse dans le monde en général, aux Etats-Unis et en Algérie en particulier, et d’opérer quelques approches comparatives afin d’en situer les points communs et les spécificités respectives », indique un communiqué du ministère.
Le diplomate américain, « qui a évoqué la situation de la presse aux USA, à l’aune de l’avancée fulgurante des grandes plateformes, a précisé, par ailleurs, que les médias électroniques, eux-mêmes, se ressentaient déjà des effets de l’émergence des réseaux sociaux ».
Dans cet ordre d’idées, le ministre a évoqué « la nécessité pour la presse algérienne d’opérer sa mue afin de se mettre au diapason des bouleversements technologiques et économiques, et de s’adapter à l’ère de l’Internet et des réseaux sociaux », souligne le communiqué.
Il a par ailleurs rappelé que « tous ces bouleversements avaient pour point de départ les Etats-Unis d’Amérique », plaidant, à cet égard, pour une « dynamisation de la coopération entre les deux pays en matière de formation dans les nouveaux métiers du journalisme, à l’ère de l’Internet et des réseaux sociaux ».
Par ailleurs, M. Kaouane a tenu à rendre un « hommage particulier » à la mémoire du Président John Fitzgerald Kennedy « qui avait lui-même rendu hommage aux Algériens au lendemain de leur indépendance pour le sacrifice exceptionnel qu’ils ont consenti pour leur liberté et leur indépendance ».