DIA | Après la Chine et la Russie, l’Algérie se tourne vers l’Amérique et l’Allemagne : un message clair pour la France  
51948
post-template-default,single,single-post,postid-51948,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Après la Chine et la Russie, l’Algérie se tourne vers l’Amérique et l’Allemagne : un message clair pour la France  

DIA-09 juin 2020: En recevant les ambassadeurs des Etats Unis d’Amérique et d’Allemagne en Algérie, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, adresse un message clair à la France et aux lobbies qui œuvrent dans le sens de parasiter les relations bilatérales entre les deux pays.

Depuis l’élection du Président Tebboune, l’Algérie s’est tournée vers des pays avec lesquels elle entretient des relations d’amitié historiques comme la Chine et la Russie, qui sont des puissances mondiales. Dans le même sillage, l’Algérie se tourne aussi vers d’autres puissances, à savoir les Etats Unis et surtout l’Allemagne, laquelle est considérée comme la première puissance économique en Europe, mais aussi l’ennemi juré et historique de la France.

La politique adoptée par l’Algérie dans ses relations internationales tend à rappeler à des pays comme la France que l’ère de l’ancien président de la République, Abdelaziz Bouteflika, est révolue. C’est-à-dire que la France ne bénéficiera plus de statut de « privilégiée » ou « d’impunité » dont elle jouissant au temps de Bouteflika.

Toutefois, le président Tebboune fait la part des choses entre les lobbies et la France en tant qu’Etat, sachant que l’Algérie a toujours entretenu des relations spéciales avec ce pays.

Ces relations sont intenses et tumultueuses en même temps en raison de la présence d’une forte communauté algérienne en France et des questions relatives à la Mémoire.

En ce sens, le Président Tebboune ne fait pas l’amalgame entre les relations séculaires avec la France et les lobbies.

A cet effet, le ministre conseiller à la Communication, porte-parole officiel de la présidence de la République, Mohand Oussaïd Belaïd a affirmé que « les relations entre les Présidents des deux pays sont bonnes et seront mises à profit pour donner un nouvel élan aux relations bilatérales ».

Il a ajouté que  « les lobbies d’intérêts et d’idéologie qui portent une rancœur culturelle à l’Algérie sont plus préjudiciables à l’intérêt de la France qu’à celui de l’Algérie ».

En somme, l’Algérie et la France sont condamnées à coopérer et à renforcer davantage leur partenariat d’exception. Et c’est à juste titre que l’ancien ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, avait déclaré que les «relations humaines constituent le terreau des rapports liant l’Algérie et la France».

Les relations algéro-françaises dépassent en fait le cadre économique ou politique et demeurent de ce fait vivantes et dynamiques car basées sur des liens humains entre les deux peuples. L’Algérie dispose de la plus grande communauté étrangère en France, qui explique quelque part les frictions naturelles qui interviennent quelque fois dans ces relations denses et tumultueuses.

Amir Hani