DIA | La DGSI arrête un dangereux escroc pour usurpation d’identité de fonctionnaire de la Présidence
55324
post-template-default,single,single-post,postid-55324,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

La DGSI arrête un dangereux escroc pour usurpation d’identité de fonctionnaire de la Présidence

DIA-28 septembre 2020: Dans le cadre des efforts consentis visant à lutter contre la corruption et à contrecarrer les pratiques de chantage et d’escroquerie susceptibles de porter atteinte aux institutions de l’Etat, les services de la police judiciaire relevant de la Direction Générale de la Sécurité Intérieure ont procédé, le 16 septembre 2020, à l’interpellation du dénommé « Zohir Ansel » dit « Karim Sifou », prétendu président du pseudo Conseil des Jeunes Algériens, a rapporté ce matin un communiqué du MDN. 

Cette interpellation, précise le communiqué intervient suite à une enquête et une poursuite minutieuse qui a abouti à l’implication du mis en cause dans des affaires d’usurpation de fonction de cadre auprès des services de la présidence de la République, d’escroquerie de cadres supérieurs, de pratiques de chantage et de corruption, et d’activités subversives sur les réseaux sociaux. Il prétend, également, entretenir des liens de parenté avec des hauts responsables de l’Etat, civils et militaires.

Le concerné a été présenté, le 20 septembre 2020 par devant le procureur de la République près du tribunal de Rouïba où le juge d’instruction a décidé de le mettre sous mandat de dépôt au niveau de l’Etablissement pénitentiaire d’El Harrach pour plusieurs chefs d’inculpation à savoir : immixtion, sans qualité, dans des fonctions publiques civiles ou militaires, usurpation de fonction et escroquerie.

Il convient de souligner que ledit escroc fait l’objet de dix-sept (17) condamnations entre 2002 et 2012 par les tribunaux de Khenchla et Oum El Bouaghi, dans des affaires d’usurpation de fonction et trafic d’influence, et faux et usage de faux.