DIA | La fermeture des frontières algériennes fait chuter de 60%  les recettes du tourisme en Tunisie
54287
post-template-default,single,single-post,postid-54287,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

La fermeture des frontières algériennes fait chuter de 60%  les recettes du tourisme en Tunisie

DIA-26 août 2020: La fermeture des frontières terrestres algériennes a eu un impact direct et négatif sur le tourisme tunisien dont les recettes cumulées, du début de l’année jusqu’au 20 août 2020, ont chuté de 60%. Ces recettes ont chuté à 1,3 milliard de dinars tunisiens, contre 3,3 milliards de dinars durant la même période de l’année dernière, selon la Banque centrale de Tunisie (BCT).

L’économie tunisienne dépend directement des revenus du tourisme, sachant que ce pays enregistre un flux de touristes à longueur d’années à partir de différents pays. Toutefois, les Algériens représentent le plus grand nombre de touristes qui se rendent en Tunisie en raison de la proximité de ce pays. La plupart des  touristes algériens se rendent dans ce pays par voie terrestre pour y passer leurs vacances.

L’absence de visa d’entrée figure parmi les facteurs motivant les Algériens à se rendre en Tunisie, le seul pays voisin accessible par voie terrestre, alors que les frontières terrestres avec le Maroc sont fermées depuis 26 ans.

La fermeture des frontières algériennes en raison de la pandémie du coronavirus, a pénalisé en premier lieu la Tunisie. Cette année, les Algériens ont été contraints de rester en Algérie, d’où la chute des recettes du secteur du tourisme en Tunisie.

D’habitude, en cette période de l’année, les postes frontaliers avec la Tunisie enregistrent un flux considérable de touristes algériens qui se déplacent dans ce pays frère en famille ou entre amis par voiture, ce qui n’est pas le cas cette année.

Amir Hani