Lakhdar Brahimi: "Après avoir écarté les militaires, le président Bouteflika a instauré un pouvoir civil réel" - DIA
29516
single,single-post,postid-29516,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
dia-boutef-brahimi

Lakhdar Brahimi: « Après avoir écarté les militaires, le président Bouteflika a instauré un pouvoir civil réel »

DIA-09 mars 2018: Dans un entretien accordé au site arabophone: « Algérie Diplomatique« , le diplomate algérien et ancien envoyé du SG de l’ONU, au Liban, Irak, Afghanistan et Syrie, Lakhdar Brahimi a donné une expertise pointue de la situation politique du pays et des conflits dans la région du Moyen Orient. M.Brahimi s’est notamment exprimé sur l’état de santé du président de la république, sur  sa capacité à gouverner et sur le limogeage du Général Major, Mohamed Mediene alias « Toufik » et sur les relations algéro-marocaines.

Ainsi s’exprimant sur l’état de santé du président, qu’il a eu l’occasion de rencontrer à plusieurs reprises, Lakhdar Brahimi, a indiqué que le président Bouteflika se porte très bien et qu’il jouit de toutes ses facultés mentales, précisant que sa mémoire reste toujours aussi vive. « Il m’a rappelé à maintes reprises des dates et personnalités, même si sa voix reste affaiblie » précisa Lakhdar Brahimi, précisant que le président gouverne et suit de près tous les dossiers concernant la gestion des affaires de l’Etat.

Pour l’ancien ministre des affaires étrangères, le président Bouteflika a consacré le pouvoir du civil sur le militaire. « Les militaires avaient toujours choisi les présidents et ont dirigé le pays mais depuis le limogeage du général Mohamed Mediene, et avant-lui le regretté et ancien Chef d’état-major, Mohamed Lamari, le chef de l’Etat a consacré l’instauration de l’Etat civil, ce qui indique que le président Bouteflika, à l’opposé de ses prédécesseurs,est le président réel du pays. » a précisé encore l’éminent  diplomate. 
Pour ce qui est de la réouverture des frontières algéro-marocaines, fermées depuis août 1994, Lakhdar Brahimi, estime que le président Bouteflika, n’a jamais renoncé à ses convictions maghrébines, faisant savoir que le dénouement de cette affaire ne dépend pas seulement de lui, comme l’indiquent ses incessants appels à la reconstruction de l’ensemble maghrébin, tout en préservant le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination..

Enfin concernant des informations l’annonçant comme probable successeur du Président Bouteflika, l’ancien émissaire du SG de l’ONU, a indiqué qu’il n’a aucune ambition présidentielle et qu’il se consacre encore à la diplomatie et aux conférences sur la politique internationale.  

Amir Hani