L'Algérie classée 14e dans l'index des pays émergents en Afrique - DIA
29436
single,single-post,postid-29436,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-Algérie

L’Algérie classée 14e dans l’index des pays émergents en Afrique

DIA-08 mars 2018: L’Observatoire pour l’émergence en Afrique (OBEMA), un think tank d’experts africains, a rendu public la première édition de son « index de l’émergence en Afrique » qui classe les pays africains selon une approche méthodologique nouvelle et adaptée aux réalités du continent.

Sur 54 pays africains, 37 ont lancé un plan visant à se hisser au rang d’émergent.

Ainsi, « l’Index de l’émergence en Afrique 2017 » tente de corriger ces manques en adoptant une approche fondée sur les facteurs aussi bien universels en matière de développement, que spécifiques à la réalité africaine d’aujourd’hui.

L’index propose donc de définir l’émergence comme « un processus de transformation économique soutenue qui se traduit par des performances aux plans social et humain et qui prend place dans un contexte politique et institutionnel stable susceptible d’en assurer la soutenabilité ».

Appréhendant l’émergence comme un phénomène multidimensionnel et contextuel, l’index retient donc 23 indicateurs comme fournissant un cadre opératoire permettant de saisir les dynamiques éventuelles (ou non) d’émergence.

Ceux-ci sont regroupés en quatre dimension dont le première est politique et tient à : la stabilité démocratique (1) ; le leadership (2) ; l’intégrité de la bureaucratie (3) ; la corruption (4) ; la gestion publique (5) ; et l’appareil de sécurité (6).

La deuxième dimension est économique et regroupe : la croissance du PIB (7) ; les infrastructures (8) ; le climat des affaires (9) ; le secteur rural (10) ; la diversification (11) ; et la qualité de l’intégration régionale (12).

La troisième dimension relève, quant à elle, du développement humain et regroupe : l’indice d’éducation (13) ; l’émigration des personnes qualifiées (14) ; le ratio emploi-population (15) ; le taux de participation des femmes à la population active (16) ; et le taux d’alphabétisation (17).

Enfin, la quatrième dimension est sociétale et regroupe notamment : les dépenses dans le domaine de la santé en pourcentage du PIB (18) ; l’espérance de vie à la naissance (19) ; l’accès à l’eau potable (20) ; l’accès à l’électricité (21) ; la protection de l’environnement (22) ; et l’inégalité de revenu sur la base coefficient de Gini (23).

Ainsi, sur la base de scores allant de 0 à 100, « l’index de l’émergence en Afrique 2017 » établit une classification – réservant de nombreuses surprises –  des pays africains en les qualifiant « d’émergent », de « seuil », de « potentiel », ou « autre ».

Sont donc qualifiés de pays « émergents », ceux qui sont engagés dans un processus de transformation économique soutenue dans un contexte socio-politique inclusif et institutionnel stable, susceptible d’en assurer la soutenabilité.

On y retrouve onze pays africains avec à leur tête, Maurice (1er), l’Afrique du Sud (2ème), et les Seychelles (3ème).

Le « seuil » désigne, quant à lui, les pays qui sont à la limite au-delà de laquelle pourrait s’amorcer le processus d’émergence. On y retrouve également onze pays avec en tête l’Egypte (12ème), l’Ouganda (13ème), et l’Algérie (14ème), qui totalise 51, 62 points 

Pour sa part, la catégorie qualifiée de « potentiel » concerne les pays qui, certes, possèdent des ressources et des capacités importantes, mais ne réussissent pas encore à les mobiliser en vue de l’émergence. Il concentre le plus gros contingent avec 21 pays africains parmi lesquels on retrouve Djibouti (23ème), les Comores (24ème), ou encore le Libéria (25ème).

Enfin, la catégorie « Autre » correspond aux pays dont les performances ne permettent pas, en ce moment du moins, de les positionner sur la voie de l’émergence. On y retrouve aussi onze pays avec, en fin de classement, le Tchad (52ème), le Soudan du Sud (53ème), et enfin la Somalie (54ème).

Au niveau régional, l’Afrique australe arrive en tête dans la dimension politique avec un score de 45, suivie respectivement de l’Afrique de l’ouest (44), de l’Afrique de l’est (31), l’Afrique centrale (30) et l’Afrique du nord (30).

Au niveau économique, l’Afrique du nord devance le classement avec un score de 45, suivie respectivement de l’Afrique australe (40), de l’Afrique de l’ouest (37), l’Afrique de l’est (35), et enfin de l’Afrique centrale (30).

Dans le domaine du développement humain, l’Afrique australe arrive encore en tête avec un score 58, suivie respectivement de l’Afrique centrale (54), de l’Afrique de l’est (52), de l’Afrique de l’ouest (48), et l’Afrique du nord (47).

Enfin, au niveau sociétal, c’est l’Afrique du nord qui domine le classement avec un score de 75, suivie respectivement de l’Afrique australe (56), de l’Afrique de l’est (54), de l’Afrique de l’ouest (53), et de l’Afrique centrale (48).

Au total, on observe que l’Afrique australe devance les autres régions dans les domaines du politique et du développement humain, tandis que l’Afrique du Nord occupe la première place dans les deux autres dimensions (économique et société). La région méridionale du continent constitue donc la seule à se positionner convenablement dans toutes les dimensions de « l’index de l’émergence en Afrique 2017 ».

Classement des pays selon l’index de l’émergence en Afrique 2017

Rang Pays Moyenne générale Catégorie
01 Maurice 68,04 émergent
02 Afrique du Sud 62,74 émergent
03 Seychelles 61,31 émergent
04 Botswana 60,31 émergent
05 Cap-Vert 57,73 émergent
06 Rwanda 56,20 émergent
07 Ghana 55,45 émergent
08 Tunisie 55,17 émergent
09 Namibie 55,07 émergent
10 Maroc 54,62 émergent
11 Sao Tomé-et-Principe 54,41 émergent
12 Égypte 53,11 seuil
13 Ouganda 52,97 seuil
14 Algérie 51,60 seuil