L'Algérie participera au Festival de Cannes avec le film "En attendant les hirondelles" - DIA
17985
single,single-post,postid-17985,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-EN ATTENDANT LES HIRONDELLES

L’Algérie participera au Festival de Cannes avec le film « En attendant les hirondelles »

DIA-13 avril 2017: C’est officiel, l’Algérie sera présente au Festival de Cannes avec le film de Karim Moussaoui « En attendant les hirondelles » dans la catégorie un certain regard. La liste officielle des films sélectionnés à la 70e édition du Festival de Cannes a été rendue publique ce matin.   

Révélé en 2013 par « Les Jours d’avant », un moyen métrage, Karim Moussaoui fait partie de la nouvelle génération de cinéastes algériens qui participent à l’émergence d’une nouvelle scène cinématographique indépendante en Algérie. « Les Jours d’avant » évoquait avec une maîtrise impressionnante du récit le désarroi d’adolescents et le climat de violence des années 90 en Algérie, en relatant un assassinat politique selon deux points de vue différents.

Co-produit entre la France et l’Algérie, le film a été porté par trois producteurs  LES FILMS PELLEAS (FRANCE), PROLÉGOMÈNES de Djaber Debzi (ALGÉRIE) et le CADC (Centre algérien du développement du cinéma).   

Dans « En Attendant les hirondelles » Karim Moussaoui entend parler de l’Algérie d’aujourd’hui, à travers trois histoires distinctes donnant à voir un aperçu contrasté de ce pays tiraillé entre aspiration à la modernité et poids des traditions, entre les traumatismes et cicatrices encore ouvertes de la guerre civile et l’espoir dans l’avenir.

Ce projet a été développé dans le cadre de la Résidence de la Cinéfondation du Festival de Cannes, il a également reçu le premier prix de la bourse d’aide au développement du festival Cinemed, coproduit par ARTE et soutenu par la Fondation Gan. 

Salim AGGAR

Envoyer un commentaire