L'Algérie refuse d'adhérer à la Francophonie, mais participe aux assises de l'OIF depuis 2002. - DIA
11910
single,single-post,postid-11910,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
dia-francophonie-lamamra

L’Algérie refuse d’adhérer à la Francophonie, mais participe aux assises de l’OIF depuis 2002.

DIA-24 novembre 2016: L’Algérie refuse toujours d’adhérer à la Francophonie, mais participe depuis le sommet de Beyrouth en 2002, en qualité d’invité spécial, à tous les sommets de l’Organisation Internationale de Francophonie (OIF).  L’Algérie n’avait jamais participé auparavant aux sommets de l’OIF, c’est le président Bouteflika qui a accepté d’y participer, ( en tant qu’invité seulement) quand il est arrivé au pouvoir en 1999. L’Algérie a toujours refusé diplomatiquement d’adhérer à la Francophonie, considérant que c’est une organisation rassemblant d’anciennes colonies de la France. Une présentation que refute la délégation française, qui a toujours refusé de présider l’Organisation de la Francophonie. 

L’OIF rassemble plus de 54 pays membres, 23 pays observateurs et 3 pays associés ( Le Qatar, Chypre et le Ghana) des pays qui n’ont pas la langue française en partage. L’Algérie qui se classe en 4e position en matière de nombre de locuteurs francophone avec plus 11 millions de locuteurs, est le plus grande « absent » de l’organisation de la Francophonie, malgré les sollicitations des présidents de l’OIF qui se sont succéder: le sénégalais Abdou Diouf et l’actuelle présidente de l’organisation, la canadienne Michelle Jean.         

Cette année encore le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, invité spécial au 16éme sommet des Chefs d’Etat et de Gouvernement des pays ayant le français en partage, a désigné le ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra pour le représenter aux assises de cette conférence à Antananarivo (Madagascar).

M. Lamamra représentera le chef de l’Etat aux assises de cette conférence qui se dérouleront les 26 et 27 novembre 2016, sous le thème « Croissance partagée et développement responsable: les conditions de la stabilité et de l’espace de la francophonie », et fera comme année depuis 2002 un discours en tant que membre non adhérant.  

« Cette session marquera l’accession du président de la République de Madagascar, M. Hery Rajaonarimampianina, à la présidence de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) ».  

Salim AGGAR 

1 Comment

  • Abdelkader
    2 février 2018 20:40

    la francophonie est une nouvelle forme coloniale, le silence des pantoufles est plus dangereux que le bruit des bottes.
    regardez les pays membres de l »organisation des malfaiteurs francafrique !!!
    la France coloniale contrôle 62 % l’économie des pays de l’Afrique de l’ouest ( francafrique) comme le Gabon, Niger, Sénégal, Tchad, côté d’ivoire….meme la monarchie moyenâgeuse marocaine.

Envoyer un commentaire