DIA | Lamamra: « Le président Bouteflika prêt à transmettre le pouvoir au président élu »
41030
post-template-default,single,single-post,postid-41030,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Lamamra: « Le président Bouteflika prêt à transmettre le pouvoir au président élu »

DIA-20 mars 2019: Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, qui a décidé de ne pas se présenter à la prochaine élection présidentielle, s’est dit « prêt à transmettre le pouvoir de manière ouverte et transparente au président qui sera choisi par ce scrutin », a déclaré le vice-Premier ministre, ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra.

« Le président Bouteflika a pris la décision de ne pas prendre part à cette élection et est entièrement prêt à transmettre le pouvoir de manière ouverte et transparente au président qui sera choisi par ce scrutin », a déclaré M. Lamamra lors d’une conférence de presse conjointe avec le ministre russe des Affaires étrangères, Serguei Lavrov.

L’opposition aura la possibilité de participer à l’organisation et au contrôle de l’élection au sein d’une conférence nationale chargée de réformer le système politique en Algérie, a ajouté M. Lamamra, précisant que « l’Etat algérien a réagi promptement à l’appel de la population et a proposé à toutes les parties intéressées (société civile, partis politiques…) de participer à cette conférence nationale inclusive ».

Il a expliqué que « l’élection présidentielle se tiendra avec de nouvelles conditions: pour la première fois dans l’histoire du pays, pourront y prendre part tous ceux qui le souhaitent », a-t-il poursuivi, ajoutant que le scrutin « sera pour la première fois organisé sous l’autorité exclusive d’une commission électorale nationale indépendante ».

« Après cela, l’opposition algérienne aura la possibilité de prendre une part plus active au travail gouvernemental », a-t-il ajouté.

Il a affirmé, dans ce sens, que le gouvernement « a répondu aux attentes populaires qui s’expriment depuis plus de trois semaines à travers de grandes manifestations dans l’ensemble du pays », indiquant, par ailleurs, avoir remis au chef de la diplomatie russe un message du président Bouteflika au président russe Vladimir Poutine.

L’Algérie et la Russie contre l’ingérence dans les affaires internes des pays

M. Lamamra et son homologue russe ont mis en avant l’impératif du respect du principe de non-ingérence dans les affaires intérieures des pays.

« L’Algérie et la Russie sont des pays amis. Nous avons les mêmes principes, dont le respect de la souveraineté nationale, de l’intégrité territoriale des pays, de leur indépendance et de la non-ingérence dans leurs affaires intérieures », a-t-il déclaré.

De son côté, M. Lavrov a indiqué avoir examiné avec M. Lamamra les problèmes internationaux dans le cadre du respect de la non-ingérence dans les affaires intérieures des pays.

« Il est particulièrement important que tous les pays respectent de façon sacrée les dispositions de l’ONU et s’abstiennent de toute ingérence dans les affaires intérieures de l’Algérie », a-t-il insisté.

Il a exprimé la préoccupation de son pays vis-à-vis « des événements qui se déroulent actuellement en Algérie », voyant en cela « des tentatives d’attiser les tensions et nous nous prononçons contre toute ingérence dans ces processus ».

Il a, par ailleurs, indiqué que « le peuple algérien doit décider du maintien de la stabilité », ajoutant que « bien évidemment dans cette région ce sont les pays eux-mêmes qui doivent entretenir cette stabilité et c’est l’appel que nous leur lançons ».