L'Ambassade de France réagit à l'article de DIA sur le financement des RCB - DIA
35444
single,single-post,postid-35444,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-AMbassade france

L’Ambassade de France réagit à l’article de DIA sur le financement des RCB

DIA-09 Septembre 2018: L’Ambassade de France en Algérie a réagi à l’article publié sur le site DIA relatif au financement par l’Institut français d’Algérie des Rencontres cinématographiques de Béjaïa (RCB).

Cette manifestation n’est en aucun cas « totalement contrôlée » par l’Institut français d’Algérie précise le communiqué sans donner le montant du financement alloué à cette manifestation. Le Service de coopération et d’action culturelle de l’Ambassade de France ne contribue que très partiellement au financement de cette manifestation puisque sa contribution représente un sixième du budget total. Ce financement se réalise exclusivement en dinars algériens et ne comprend pas de billets d’avion affirme le communiqué de la mission diplomatique française à Alger. 

L’Ambassade de France tient en outre à souligner qu’elle ne participe nullement aux choix de la programmation des Rencontres cinématographiques de Béjaïa qui est indépendante. La seule contribution au programme apportée par le service de coopération et d’action culturelle est l’organisation d’une formation sur la réalisation documentaire, sous la forme d’une masterclass donnée par 2 documentaristes français invités.

Enfin, l’Ambassade de France en Algérie a confirmé l’information concernant la position de Monsieur Abdenour Houchiche, qui est chargé de mission cinéma au service de coopération et d’action culturelle, précisant que M. Houchiche est certes l’un des fondateurs des Rencontres cinématographiques de Béjaïa mais il ne faisait pas partie cette année du comité d’organisation du festival. Il s’est rendu au festival en tant qu’ »observateur » afin d’y représenter l’Institut français d’Algérie, compte tenu de l’importance artistique et culturelle de cette manifestation. L’Ambassade de France en Algérie regrette enfin de ne pas avoir été sollicitée afin d’apporter les éclairages utiles en amont de la publication de l’article de DIA.

Sorry, the comment form is closed at this time.