DIA | L’Ambassadeur russe Beliaev considère que « ce qui se passe en Algérie est une affaire algéro-algérienne »
45128
post-template-default,single,single-post,postid-45128,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

L’Ambassadeur russe Beliaev considère que « ce qui se passe en Algérie est une affaire algéro-algérienne »

DIA-01 Septembre 2019: Trois jours après la polémique soulevée sur ses propos rapportés dans un communiqué du FLN, l’ambassadeur russe, Igor Beliaev, a démenti, lors d’une conférence de presse tenue au siège de l’ambassade de la fédération de Russie, les propos qui lui ont été attribués sur le site du parti FLN au sujet de la crise qui secoue le pays depuis le 22 février, assurant que la gestion de ladite crise revient aux seuls Algériens.
Rappelant les liens stratégiques et historiques qui lient les l’Algérie à la Russie, M. Beliaev a été catégorique en affirmant que Moscou ne saurait s’immiscer dans les affaires d’un pays aussi souverain que l’Algérie.
« Je n’ai pas tenu des propos pouvant s’apparenter à une ingérence dans les questions politiques internes de l’Algérie, je veux vous confirmer que nous considérons ce qui se passe en Algérie une affaire algéro-algérienne », a affirmé l’ambassadeur, à des journalistes algériens. 

Il y a trois jours le diplomate Russe avait fait des déclarations lors d’une rencontre avec le SG du FLN, qui ont été mal reprises par le service de communication du FLN, lui imputant une déclaration, dans un communiqué partagé sur Facebook, auquel se sont référés plusieurs journaux et d’autres chaînes de télévision privées. Le diplomate aurait déclaré que les Algériens étaient les “seuls maîtres de leur destin”. Selon le quotidien El Hiwar,  il a également estimé que “la solution à la crise politique réside dans la tenue de présidentielles dans les plus brefs délais”, tout en “rejetant toute ingérence dans les affaires internes de l’Algérie”.

Ces déclarations du diplomate du premier fournisseur d’armes à l’Algérie a fait jaser dans le camp diplomatique occidental à Alger allant jusqu’à faire réagir le chef de la diplomatie française Le Drian qui a tenu à se positionner dans le paysage diplomatique en Algérie. 

Amir Hani