L'Arabie Saoudite libère le prince Walid Ben Talal - DIA
27747
single,single-post,postid-27747,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-Walid Ben Tallal

L’Arabie Saoudite libère le prince Walid Ben Talal

DIA- 27 janvier 2018: Le prince Walid Ben Talal a été libéré par les autorités saoudiennes ce samedi 27 janvier, ont annoncé des sources proches de la famille.

Petit fils du Premier Ministre Riad el Solh, Walid Ben Talal dispose également de la nationalité libanaise. Le prince Walid Ben Talal s’était fait arrêté, le 5 novembre dernier, durant la nuit en compagnie d’une dizaine de haut-responsables, dont des ministres actuels et des proches des anciens monarques, au lendemain de l’arrivée du premier ministre Saad Hariri que les autorités libanaises considéraient comme étant mis en résidence surveillée par les autorités saoudiennes.

Walid Ben Talal, qui n’est pas directement impliqué dans les sphères politiques locales, avait payé ainsi l’opposition de son père Talal bin Abdulaziz al Saud au prince Mohammed ben Salman, héritier de la Couronne, estimaient de nombreux experts du Royaume Ce dernier chercherait ainsi à consolider son pouvoir alors que le Roi Salmane pourrait démissionner en fin d’année ou au début de l’année prochaine.

Figurant parmi l’une des plus grandes fortunes au Monde, il est notamment actionnaire d’Apple et de Twitter. Sa détention provoquait de nombreuses inquiétudes au sein de ces sociétés.

Les autorités saoudiennes auraient souhaité que Walid Ben Talal paye une amende de 6 milliards de dollars pour obtenir sa libération, indiquaient plusieurs sources proches du dossier, accusant la société en BTP de ce dernier d’avoir empocher illégalement des dessous de table.

Pour l’heure, on ignore si cette somme a été versée, alors que des rumeurs faisaient état de négociations en cours pour obtenir sa libération.