L'arrivée des produits algériens sur le marché économique mauritanien irrite Rabat - DIA
36960
single,single-post,postid-36960,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-ALGER MAURITANIE

L’arrivée des produits algériens sur le marché économique mauritanien irrite Rabat

DIA-25 octobre 2018 : La participation de 170 entreprises algériennes à la foire de produits algériens à Nouakchott en Mauritanie n’a pas été du goût des marocains, qui voient d’un mauvais œil l’entrée des entreprises algériennes dans un marché jusque-là dominé par les produits marocains. 

Dans son édition du 23 octobre, le site Afrique360.ma précisait que l’ouverture du point de passage à Tindouf permet de réduire à 7 jours la durée du trajet des camions de transport de marchandises, celle-ci reste encore longue et surtout coûteuse.

Pour le ministre du commerce, M. Djellab, l’ouverture récente du passage frontalier Mustapha Ben Boulaid à Tindouf, a permis aux opérateurs algériens de se lancer directement dans les opérations d’exportation et de transport de marchandises avec des camions semi-remorques de transport des marchandises.

pour ce faire, un soutien sera apporté à la Société Nationale de Transports Routiers « Logitrans », afin qu’elle accomplisse son rôle dans le domaine de transport des différentes marchandises algériennes à destination de la Mauritanie.

Le média marocain crée le doute et la suspicion en affirmant que malgré ces soutiens, les exportateurs algériens craignent de ne pas être compétitifs, mettant l’accent sur la demande des opérateurs algériens aux autorités algériennes de la mise en place rapidement d’un accord préférentiel entre la Mauritanie et l’Algérie pour faciliter les exportations. En clair, le média marocain affirme que les exportateurs algériens souhaitent payer moins de droits de douane et taxes pour écouler leurs marchandises en Mauritanie.

Tentant de maintenir un semblant de puissance dans la région, le média marocain a rappelé que le poste de Guerguerat, par où transitent les exportations marocaines vers la Mauritanie, est l’une des principales sources de recettes du Trésor mauritanien.

On précise qu’au niveau africain, le Maroc demeure de très loin le premier partenaire commercial de la Mauritanie (48% des échanges avec l’Afrique), loin devant l’Algérie (15%), l’Afrique du Sud, le Sénégal,…

Visiblement les marocains qui souffrent déjà lourdement de la fermeture de la frontière avec l’Algérie, étaient jusque-là, les maîtres en Mauritanie et ils vont tout faire pour casser l’initiative économique algérienne, d’exportations de marchandises. L’arrivée des produits algériens de qualité à l’image de Ben Amor dans l’agroalimentaire, des produits électroniques reconnus mondialement fabriqués par Condor, Iris ou encore Géant, la présence de SAFCER (fabrication de céramique et produits rouges), Sonalika, Venus, Faderco (produits d’hygiène) constituent une grande menace pour les produits marocains et surtout chinois ou français beaucoup plus chers. Ils vont faire perdre au Maroc et aux autres pays présents l’équivalent de 4 milliards de dollars, ce qui n’est pas négligeable. 

Salim Bey