L'augmentation des salaires de Sonatrach irrite le gouvernement - DIA
40347
single,single-post,postid-40347,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-sonatrach

L’augmentation des salaires de Sonatrach irrite le gouvernement

DIA-26 février 2019: Le gouvernement, à sa tête le Premier ministre Ahmed Ouyahia, voit d’un mauvais œil l’augmentation des salaires des employés de la société nationale Sonatrach, annoncée par le P-DG de cette compagnie pétrolière, Abdelmoumen Ould Kaddour.
Au gouvernement, on a révélé que le Premier ministre a été «fortement irrité» par la dernière sortie du P-DG de Sonatrach, alors que les temps sont à l’austérité et à la rationalisation des dépenses. Pour rappel, Ouyahia s’était félicité du changement de l’état d’esprit des travailleurs algériens qui, avait-il dit, n’exigent plus l’augmentation des salaires en raison de la situation financière difficile du pays.
Toutefois, cela n’a pas empêché le P-DG de Sonatrach d’annoncer une augmentation de 20% des salaires des employés de Sonatrach. Ould Kaddour a indiqué que Sonatrach est classée à la dernière place comparativement aux autres sociétés pétrolières dans le monde en matière de rémunération. Il compte ainsi booster Sonatrach pour se classer parmi les cinq premières compagnies pétrolière dans le monde.
Le P-DG a motivé la décision d’augmenter les salaires par «souci d’empêcher les cadres de la Société d’aller ailleurs où ils seront mieux payés. Mieux encore, Ould Kadour a fait savoir que ces augmentations  seront appliquées avec effet rétroactif à compter du 1er janvier 2015.
Or, au Premier ministère on craint que ces augmentations aient un impact négatif sur les autres secteurs qui exigeront, à leur tour, que les salaires soient revus à la hausse. En ce sens, les travailleurs de Sonatrach ne devraient pas être privilégiés par rapport aux travailleurs des autres secteurs économiques d’autant plus que l’économie algérienne dépend des recettes des hydrocarbures. 
Amir Hani