DIA | Le BAC avec une moyenne de 9/20 : satisfecit des parents et réserves des syndicats
55727
post-template-default,single,single-post,postid-55727,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Le BAC avec une moyenne de 9/20 : satisfecit des parents et réserves des syndicats

DIA-11 octobre 2020: La décision prise par le ministère de l’Education nationale de fixer la moyenne de réussite à l’examen du baccalauréat à 9/20 a suscité des réactions diverses de la part des syndicats et des Organisations.

A l’évidence, les associations des parents d’élèves ont qualifié cette décision de « sage et courageuse ». C’est une démarche qui permet « d’éviter la déperdition scolaire et d’encourager les élèves à davantage d’efforts et d’abnégation », ont souligné les représentants des parents d’élèves, lesquels ne sont intéressés que par la réussite de leurs enfants.

En revanche, plusieurs syndicats et organisations ont émis des réserves et exprimé leur mécontentement et désapprobation « d’offrir » le baccalauréat avec une moyenne de 9/20 en recourant au rachat. Ils ont regretté que le ministère ne les ait pas consultés en tant que partenaires sociaux avant de prendre cette décision.

Ils ont relevé que de tout temps, le minimum exigé pour l’obtention du bac était une moyenne de 10/20, mais cette année, le ministère de tutelle a justifié cette décision par la pandémie du Covid-19 qui a eu un impact négatif sur le moral des élèves, lesquels ont été mis en vacances forcées le 11 mars dernier.

Pour le Syndicat autonome des travailleurs de l’éducation et de la formation (Satef) que dirige Boualem Amoura, cette décision est « irréfléchie ». Au SATEF on se demande ainsi « comment peut-on exigée à l’université une moyenne élevée pour certaines spécialités ».

Le SNAPEST, du coordinateur national Meziane Meriane, a estimé que la décision du ministère « porte un coup à la crédibilité de cet examen », alors que pour le Conseil des lycées algériens (CLA), il s’agit d’une « décision politique qui est loin de servir les intérêts des élèves ». Le débat est ainsi engagé sur le baccalauréat 2020.

Pour rappel, le ministre de l’Education nationale, Mohamed Ouadjaout, a précisé qu’il a été « décidé, en complément des dispositions de l’arrêté numéro 25 du 2 octobre 2007 fixant les modalités d’organisation de l’examen du Baccalauréat, modifié par l’article 23 bis, que tout candidat ayant obtenu une moyenne égale ou supérieure à 9/20 est considéré admis, à titre exceptionnel, à l’examen du Baccalauréat session 2020 ».

Cette décision intervient, selon le ministre, « en application des dispositifs et mesures exceptionnels relatives à l’organisation des examens scolaires session 2020, dans le contexte de la propagation de la pandémie de la Covid-19 ».

Les dispositifs consistaient, poursuit le ministre, en la suppression de l’examen de fin de cycle de l’enseignement primaire, le report des examens du brevet de l’enseignement moyen (BEM) et du baccalauréat, respectivement à la 2e semaine et à la 3e semaine du mois de septembre 2020, tout en limitant les sujets des épreuves aux cours présentés en présentiel lors du 1er et 2e trimestre.

Les mesures exceptionnelles portaient également, rappelle le ministre, sur le passage des élèves de la 4e année moyenne à la 1e année secondaire, tel que le stipule la circulaire ministérielle numéro 619 du  27 juin 2020 ainsi que les autres circulaires y afférentes, et ce, a-t-ajouté, afin d’accorder à nos enfants une chance de réussir dans leur parcours scolaire au vu de ce qu’ils ont enduré, plus de 8 mois durant, de pression psychologique sans précédent induite par le confinement à domicile, la rupture de la scolarité et par les conditions sanitaires difficiles que nous avons tous vécues, suite à la propagation du Coronavirus,  a indiqué M. Ouadjaout.

Amel Bouchaib