DIA | Le chef de l’ONU plaide pour la retenue policière dans les manifestations sans citer de pays
45908
post-template-default,single,single-post,postid-45908,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Le chef de l’ONU plaide pour la retenue policière dans les manifestations sans citer de pays

DIA-05 octobre 2019: Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a lancé vendredi un appel à la retenue policière et au respect de la liberté d’expression lors des manifestations de rue dans le monde, dans un communiqué qui ne cite aucun pays.
Antonio Guterres «suit de près les récentes vagues de manifestations de rue dans plusieurs pays à travers le monde», dit son texte alors qu’au cours des dernières semaines ou mois, plusieurs rassemblements souvent émaillés de violences se sont produits à Hong Kong, en Irak, en Afrique du Sud, en Equateur, en France ou en Haïti. «Il est profondément préoccupé» par le fait que ces manifestations aient conduit à des morts et des blessés. «La liberté d’expression et de se rassembler pacifiquement sont des droits fondamentaux qui doivent être respectés», ajoute son communiqué.

Le secrétaire général demande «aux forces de sécurité d’agir tout le temps avec une retenue maximale» et de réagir à tout acte de violence en conformité avec le respect des droits humains. Il exhorte également les manifestants à éviter de recourir à la violence. En Irak, 37 personnes -33 manifestants et quatre policiers- ont été tuées et des centaines blessées depuis mardi.

Hong Kong traverse de son côté depuis juin sa pire crise politique depuis sa rétrocession à Pékin en 1997, avec des confrontations de plus en plus violentes entre forces de l’ordre et manifestants masqués.

Seule, l’Algérie qui vit aux rythmes des manifestations chaque vendredi et mardi n’a pas connu de violence, même si elle a enregistré des arrestations. Même cas de figure en Egypte où la semaine dernière a connu des manifestations sans enregistré des violences mais a connu plusieurs centaines d’arrestations. 

Mohamed Nassim /AFP