DIA | Le FLN et le RND souhaitent que le projet de loi sur les hydrocarbures ne soit pas soumis au Parlement
46103
post-template-default,single,single-post,postid-46103,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Le FLN et le RND souhaitent que le projet de loi sur les hydrocarbures ne soit pas soumis au Parlement

DIA-15 octobre 2019: Le projet de loi sur les hydrocarbures, approuvé par le Conseil des ministres hier lundi, ne semble pas faire l’unanimité chez un grand nombre de citoyens mais aussi chez la classe politique. Plusieurs partis politiques et personnalités ont émis des réserves sur cette loi qui reste toujours au stade du projet tant qu’elle n’est pas approuvée par le Parlement avec ses deux Chambres (APN et Conseil de la nation).

Selon des indiscrétions, les deux principales forces politiques en Algérie, le Front de libération nationale (FLN) et le Rassemblement national démocratique (RND) ont souhaité que le texte ne soit pas soumis au parlement.

Si le RND a déjà refusé de manière subtile cette loi quand il a émis des réserves et appelé à l’ouverture d’un large débat sur ce sujet. D’habitude, le parti de Azzedine Mihoubi n’hésite pas à soutenir les décisions du Pouvoir !

Le FLN observe un silence sur cette loi, ce qui dénote de sa gêne concernant l’adoption par le Conseil des ministres de la loi sur les hydrocarbures. L’ancien parti unique devrait rendre public un communiqué pour exprimer sa position, de même que le parti islamiste, le MSP qui s’exprimera ce mardi de manière officielle sur cette loi.

D’autres partis politiques ont également signifié leur opposition, à l’exemple de l’Alliance nationale républicaine de Belkacem Sahli, proche du Pouvoir ainsi que le Front El Moustakbal de Abdelaziz Belaid, tous les deux proches du Pouvoir, ont émis les mêmes réserves.

Du côté du gouvernement, on continue de défendre la loi sur les hydrocarbures qui est «le fruit d’expertises nationales à 100%»,  soutenant qu’elle «ne représente aucune crainte sur l’économie nationale».

Amir Hani