DIA | Le ministère de l’Intérieur accuse le RCD d’avoir abriter une réunion d’un mouvement non agréé
52290
post-template-default,single,single-post,postid-52290,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Le ministère de l’Intérieur accuse le RCD d’avoir abriter une réunion d’un mouvement non agréé

DIA-24 juin 2020: Le ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire qui a adressé une mise en demeure au Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) suite aux violations « récurrentes et flagrantes » de la Constitution, la législation et la réglementation en vigueur, l’accise d’abriter les activités et des militants du Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie que dirige Ferhat Mehenni.

La mise en demeure précise que les violations relevées sont principalement l’atteinte aux spécificités et symboles de l’Etat, permission à une organisation illégale tendant à porter atteinte à l’unité nationale de faire des déclarations tendancieuses lors d’une réunion publique autorisée au Parti, exploitation du siège du parti pour la tenue de réunions par une organisation non agréée. Le communiqué fait allusion au mouvement séparatiste MAK.

Il s’agit également de l’exploitation du siège du Parti pour des activités hors ses objectifs tracés, notamment l’hébergement de personnes étrangères au parti à des fins de mobilisation et participation à des actions visant à porter atteinte à l’ordre public, ainsi que des appels répétés à l’organisation de rassemblements et manifestations non autorisés à même de troubler l’ordre public et entraver le bon fonctionnement des institutions publiques et l’incitation à leur  fermeture par certains élus locaux du parti sans intervention de l’instance dirigeante pour empêcher la déviation de la voie démocratique.

En vertu de cette mise en demeure, le ministère a demandé au Parti de « cesser ces violations et à conformer ses activités politiques aux dispositions de la Constitution, de la loi organique relative aux partis politiques et de la loi relative aux réunions et manifestations publiques sous peine de prise des mesures prévues par la loi ».

Réagissant au communiqué du ministère de l’Intérieur, le président du RCD, Mohcine Belabbas, a écrit sur sa page facebook  que la « missive en question se termine par des menaces explicites de dissolution du RCD ».

Mohamed Nassim