DIA | Le ministre de la Santé opposé au dé-confinement après le 30 mai
51534
post-template-default,single,single-post,postid-51534,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Le ministre de la Santé opposé au dé-confinement après le 30 mai

DIA-22 mai 2020: Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abderahmane Benbouzid, a indiqué  que « pour le moment, il n’y a aucun plan de déconfinement mis en place », affirmant que le déconfinement ne pourrait être envisagé que « s’il y a des indices favorables ».

Le ministre qui s’exprimait sur les ondes de la Radio chaîne 3, a expliqué que la référence pour aller vers le déconfinement reste « les chiffres concernant le nombre de contamination et de décès ».

Il a précisé que l’Algérie pourrait lancer un plan de déconfinement lorsque le nombre de contaminations passera sous la barre des 50 cas par jour. Or, le nombre de nouveaux cas demeure en hausse et se situe entre 150 et 190 quotidiennement.

Le bilan des dernières 24 heures fait état de 186 nouveaux cas au coronavirus, 94 guérisons et 7 décès.  Ainsi le nombre des cas confirmés s’élève à 7 728 (17,6 cas/100.000 habitants), celui des décès à 575, alors que le total des patients guéris passe à 4 062.

Les nouveaux cas de décès ont été recensés dans les wilayas de Constantine (2 cas), Alger (1), Médéa (1), Aïn Témouchent (1), Tiaret (1) et Ouargla (1).

Aussi, 14 wilayas n’ont recensé aucun nouveau cas positif au coronavirus durant les dernières 24h, relevant que les wilayas d’Alger, Oran, Sétif, Tipasa et Ouargla sont celles ayant enregistré le plus grand nombre des cas lors des dernières 24h.

Compte tenu de ces chiffres, le ministre de la Santé a précisé que l’assouplissement des mesures de confinement reste tributaire de l’amélioration de la situation épidémiologique.

Or les autorités du pays s’apprêtent à passer à un déconfinement progressif à partir du 31 mai. A ce titre, les autorités du pays ont rendu le port du masque ou de la bavette obligatoire à partir du deuxième jour de l’aid el fitr. Une campagne de sensibilisation des Algériens quant à l’obligation du port de la bavette est déjà entamée.

Plusieurs structures, associations et institutions ont été impliquées dans la distribution des masques dans le but de les généraliser. En parallèle, les autorités du pays ont fait savoir que des sanctions seront prises à l’encontre des personnes qui ne porteront pas de masque.

Amir Hani