DIA | Le pétrole en hausse pour la troisième semaine de suite
51391
post-template-default,single,single-post,postid-51391,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Le pétrole en hausse pour la troisième semaine de suite

DIA-16 mai 2020: Les prix du pétrole ont grimpé vendredi, achevant une troisième hausse hebdomadaire consécutive, après la publication d’un chiffre de la production industrielle en Chine meilleur qu’attendu, signe encourageant pour la demande d’or noir.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet a terminé à 32,50 dollars à Londres, en hausse de 4,4% par rapport à la clôture de jeudi.

A New York, le baril américain de WTI pour juin a de son côté grimpé de 5,9%, à 29,43 dollars. Sur l’ensemble de la semaine, le Brent est monté de 5% et le WTI a décollé de 19%.

Les prix du pétrole « continuent de grimper après l’annonce d’une hausse de la production industrielle chinoise plus forte que prévu », a expliqué Michael Hewson, de CMC Markets.

Selon des statistiques officielles publiées vendredi, la production industrielle en Chine a connu un rebond en avril à +3,9%, une première depuis le début de l’année et le signe d’un retour progressif à la normale dans le premier pays à avoir été touché par l’épidémie de Covid-19.

Les experts interrogés par l’agence de presse financière Bloomberg tablaient sur une hausse bien moindre (+1,5%).

« Après un +avril noir+, théâtre d’une chute sans précédent de la demande de pétrole et d’un cours du WTI passé sous 0 dollar, la situation s’éclaircit pour les marchés du pétrole », a résumé Stephen Brennock, de PVM.

C’est en tout cas le message envoyé par ces données provenant de Chine mais aussi par le dernier rapport mensuel de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) publié jeudi.

L’AIE s’est en effet montrée un peu moins pessimiste dans ses prévisions de baisse de la demande de pétrole pour 2020: celle-ci est désormais estimée à -8,6 millions de barils par jour, selon son rapport mensuel sur le pétrole, et non -9,3 millions comme l’institution le prévoyait en avril.