DIA | Le Premier ministre entame l’élaboration d’un texte de loi criminalisant le racisme et le régionalisme
48245
post-template-default,single,single-post,postid-48245,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Le Premier ministre entame l’élaboration d’un texte de loi criminalisant le racisme et le régionalisme

DIA-15 janvier 2020: Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, a instruit le ministre de la Justice et les responsables des départements ministériels directement concernés par l’élaboration de la loi criminalisant le racisme, le régionalisme et la haine d’entamer l’élaboration d’un projet de loi dans les plus brefs délais, indique un communiqué des services du Premier ministre.

Lors d’une réunion du gouvernement sous sa présidence, le Premier ministre a abordé l’instruction du président de la République portant élaboration d’un projet de loi criminalisant toutes les formes de racisme, de régionalisme et de discours de la haine », précise la même source.

« En la matière, et conformément aux orientations présidentielles, tout le soin devra être mis dans la détermination des responsabilités de tout citoyen et de tout groupe social face au devoir sacré lié au respect de la cohésion sociale et des valeurs d’unité et de fraternité qui ont cimenté la nation à travers son histoire », est-il relevé.

Toujours au titre des actions prioritaires, M. Djerad a ensuite « tenu à réitérer ses recommandations formulées lors de la première réunion du gouvernement rappelant, à ce propos, la nécessité pour chaque département ministériel, de mettre à exécution, au plus tôt, les décisions et mesures d’ores et déjà préconisées dans le cadre de la lutte contre la bureaucratie au sein des rouages de l’administration publique », est-il ajouté.

A ce titre, poursuit le communiqué, les membres du gouvernement sont « interpellés pour veiller, personnellement, à la mise en œuvre des actions définies, chacun pour ce qui le concerne, dans la perspective d’un allègement progressif des procédures administratives constituant des contraintes pour le citoyen ou pour l’opérateur économique, d’une manière générale ».

« Pour ce faire, le recours aux nouvelles technologies permettant la prise en charge de ce type de préoccupations est vivement encouragé, à l’exemple des techniques de numérisation et des applications liées », a-t-il été préconisé lors de cette réunion.

Abordant le volet relatif à l’état des lieux des secteurs, le gouvernement a « entendu les communications présentées par plusieurs ministres dans le cadre de l’approche définie, celle-ci consistant à fournir des diagnostics précis portant bilans et perspectives de relance et de développement de chaque secteur, en prévision de leur examen et validation à l’occasion de la tenue de la prochaine réunion du Conseil des ministres », est-il également indiqué.

A ce titre, des exposés ont été présentés par les ministres en charge des secteurs de l’Industrie, de l’Agriculture, de l’Habitat, du Commerce, du Commerce extérieur, de la Santé ainsi que ceux des secteurs de la Micro-entreprise, des Startups et de l’Economie de la Connaissance.

La réunion de ce jour « constitue la première d’une série de rencontres qui seront consacrées, chacune, à l’examen de plusieurs secteurs d’activité et ce, dans le cadre de l’élaboration et de l’enrichissement du Plan d’action du gouvernement devant être soumis aux travaux d’un prochain Conseil des ministres aux fins de validation », conclut le communiqué des services du Premier ministre.