DIA | Le procès de Sellal et Ouyahia reporté à mercredi à cause du retrait de la défense des accusés
47140
post-template-default,single,single-post,postid-47140,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Le procès de Sellal et Ouyahia reporté à mercredi à cause du retrait de la défense des accusés

DIA-02 NOVEMBRE 2019: Le procès des deux anciens Premiers ministres, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal ainsi que d’anciens ministres et hommes d’affaires a été reporté à mercredi prochain. La raison invoquée est relative à l’absence de conditions permettant à ce procès de se dérouler dans un climat serein. La défense des accusés s’est retirée car les avocats n’ont pas pu accéder à la salle d’audience, a-t-on constaté.
Le procès devait débuter ce lundi matin au tribunal de Sidi-M’hamed à Abane-Ramdane. Cependant, une foule nombreuse s’est déplacée pour assister à ce procès et voir de près Ouyahia et Sellal juger pas la justice. Le nombre de personnes voulant assister à l’audience ne pouvant pas être contenu par la salle où devrait se dérouler le procès, d’où une grande bousculade qui a donné lieu à une totale anarchie.
En ce sens, les avocats de la défense ont considéré que les conditions n’étaient pas réunies pour tenir ce procès d’où son report de 48 heures. Du fait de l’exiguïté de la salle et de la proximité des accusés avec le public, les avocats de la défense ont préféré demander le report. Un des avocats a indiqué que les citoyens qui s sont déplacés au tribunal pouvaient agresser voire lyncher les accusés…
Pour rappel, Ouyahia et Sellal, ainsi que trois anciens ministres de l’Industrie, Abdeslam Bouchouareb (en fuite), Youcef Yousfi et Mahdjoub Beda devaient ce lundi en tant qu’accusés dans des affaires liées au montage des véhicules en Algérie. Les hommes d’affaires impliqués sont le patron de KIA-Algérie, Hacen Arbaoui, le multimilliardaire qui commercialise les marques de véhicules chinois et aussi patron de N’gaous et autres produits, Ahmed Maazouzi ainsi que Mohamed Bairi, ancien vice-président du FCE et P-dg du groupe IVAL.
Ces hommes d’affaires étaient privilégiés et bénéficiaient des largesses du Pouvoir pour l’octroi des marchés et le transfert des devises ou ce qui est appelé le blanchiment d’argent. Ils avaient des relations directes avec Sellal et Ouyahia lesquels instruisaient les ministres pour les aider et bénéficier ainsi d’indus avantages.
Amir Hani