DIA | Le reportage « pernicieux » d’Arte sur l’Algérie (Vidéo)
45938
post-template-default,single,single-post,postid-45938,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Le reportage « pernicieux » d’Arte sur l’Algérie (Vidéo)

DIA-07  Octobre 2019: Visiblement la France n’a pas encore supporté de perdre son ancienne colonie…. l’Algérie. C’est le grand enseignement dégagé du reportage de 16 minutes du magazine : Le Dessous des cartes sous le titre Algérie: le grand gâchis.  

Un reportage économique qui dresse un tableau noir de l’Algérie de l’indépendance à ce jour. Le reportage commence avec cette phrase très révélatrice « l’Algérie, un pays qui au départ avait tout pour réussir », mettant indirectement sur la table les biens faits de la colonisation française.  

Le documentaire qui a été réalisé par Fréderic Lernoud et présenté par Emilie Aubry qui était censé présenter un tableau économique sur l’Algérie s’est volontairement transformé en sujet de propagande. 

Il présente l’Algérie sous les traits d’un parti politique le FLN, divise les algériens entre arabes et berbères et surtout énumère les nombreuses richesses de l’Algérie qu’il présente comme limité: 21 ans pour le pétrole et 54 pour le gaz.  

Le reportage va plus loin en affirmant que le départ des un million de pieds noirs a freiné l’économie algérienne. 

En définitive, on comprend à travers ce petit reportage d’Arte que le pays se serait économiquement bien sorti si la France était resté en Algérie. 

Le dessous des cartes n’a pas livré toutes ses arrières pensées de colonisateur. Pauvre Arte ! 

Amel Bouchaib