L'enterrement de Abassi Madani fait sortir les résidus de l'ex FIS (Vidéo) - DIA
42083
single,single-post,postid-42083,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
abassi 1

L’enterrement de Abassi Madani fait sortir les résidus de l’ex FIS (Vidéo)

DIA-27 avril 2019: Le chef historique du Front islamique du Salut (FIS), dissous en 1992, a été enterré ce samedi à Alger, emporté par des milliers de partisans venus lui rendre hommage et répétant les vieux chants islamistes de l’Ex Fis, « Alayha nahya ou alayha namout ou fi sabil illah noudjahid ». Abassi Madani est mort mercredi à l’âge de 88 ans après une longue maladie, dans un hôpital de Doha où il vivait en exil depuis 2003.

La dépouille du chef islamiste est arrivée samedi dans l’après-midi à l’aéroport puis a été emmenée dans la maison familiale dans le quartier de Belcourt, dans le centre de la capitale, où étaient rassemblés des milliers de partisans. Certains d’entre eux ont porté sur leurs épaules le cercueil à la mosquée Ennadi où les fidèles ont fait « la prière du mort », avant de l’emmener au cimetière de Sidi M’hamed, non loin.
En marchant vers le cimetière, les partisans de Madani ont scandé « Allahou Akbar » et « Il n’y a de dieu que Dieu, et Mohamed est son prophète, c’est pour le Front que nous vivons, pour lui que nous mourrons et que nous atteindrons Dieu », un slogan du FIS dans les années 1990. Certains ont brandi des portraits de lui.

Si Ali Benhadj a été interdit par la police d’assister à l’enterrement de son vieux compagnon, c’est l’un des anciens cadres du parti dissous Ali Djeddi qui a conduit les obsèques en l’absence des enfants de Abassi Madani poursuivis en justice. 

Plusieurs personnalités connues ont assisté aux obsèques on retiendra la présence de l’ancien joueur de l’EN Salah Assad, ex militant et élu du FIS. Amar Brahmia, l’ex DTN de l’athlétisme, et sympathisant islamiste était également présent à Belcourt pour les obsèques.  

L’enterrement de Abassi Madani auquel n’a assisté aucun officiel algérien et durant lequel les forces de sécurité étaient présentes mais très discrètes, a fait sortir dans la rue, les milliers de résidus de l’Ex Fis.  

Amir Hani