DIA | Les déclarations de Ferhat Ait-Ali provoquent une nouvelle augmentation des prix des véhicules en Algérie
55637
post-template-default,single,single-post,postid-55637,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Les déclarations de Ferhat Ait-Ali provoquent une nouvelle augmentation des prix des véhicules en Algérie

DIA-09 octobre 2020: Les prix des véhicules d’occasion en Algérie ont connu une hausse de 30% après les déclarations du ministre de l’Industrie, Ferhat Ait-Ali qui avait indiqué que l’importation des véhicules de moins de trois ans a été gelée.

La disposition concernant l’importation des véhicules de moins de 3 ans a été introduite dans la loi des finances 2020 par le gouvernement Bedoui. Elle a été gelée par le gouvernement Djerad. Ce gel a aggravé le marché de l’automobile en Algérie qui est déjà en crise.

Après la fermeture des usines de montage des véhicules en Algérie (Renault, Hyundai, Sovac, KIA et d’autres marques chinoises), en raison de l’implication de leurs patrons dans des affaires de corruption, le marché des véhicules connait une pénurie sans précédent.

Afin de pallier à ce manque, l’option d’importer des véhicules de moins de trois ans a été réintroduite, ce qui avait donné de l’espoir aux Algériens.

Alors que l’on s’attendait à ce que les modalités d’application de cette loi soient définies afin que les Algériens puissent importer des véhicules neufs ou moins de trois ans, Ferhat Ait-Ali a annoncé que cette disposition a été gelée.

Une annonce qui n’a pas été sans conséquences sur le marché des véhicules d’occasion en Algérie, lequel est déjà en crise. La fermeture des usines de montage avait déjà créé une pénurie, ce qui a fait augmenter les prix des voitures d’occasion. Ces prix ont connu une autre augmentation après les déclarations de Ferhat Ait-Ali.

A présent, les véhicules sont devenus inaccessibles. A titre indicatif, une Maruti de l’année 2005, est proposée à plus de 40 millions de centimes. Le prix d’une Renault Clio 2010 est de l’ordre de 210 millions,  une Renault Twingo 2003 à plus de 70 millions, une Golf série 7, année 2017, à 300 millions, une Hyundia i 10, année 2016, à 200 millions, la Chery QQ 2012 à 100 millions, une Dacia Sandero Stepway, 2019, à 200 millions, alors que le prix d’une Stepway 2019 (DCI) est proposée à 230 millions de centimes !

Les prix devraient encore augmenter dans la mesure où il n’y a pas d’échéances concernant la production ou le montage des véhicules en Algérie de même que l’importation par des concessionnaires agréés par l’Etat.

En attendant, on annonce « la possibilité de concrétiser un projet industriel en Algérie » consistant en le montage des véhicules Seat du Groupe Volkswagen. Une annonce faite après la rencontre entre Ferhat Aït Ali Braham et le représentant du Groupe Volkswagen pour la région de l’Afrique du Nord, vice-président de la compagnie espagnole Seat, filiale de Volkswagen, M. Alfonso Sancha Garcia. Il s’agit d’un projet en gestation. Les Algériens doivent prendre leur mal en patience.

Amir Hani