L'ex-patron d'Eni, Paolo Scaroni acquitté dans l'affaire de corruption internationale en Algérie - DIA
35779
single,single-post,postid-35779,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-Paolo Scaroni

L’ex-patron d’Eni, Paolo Scaroni acquitté dans l’affaire de corruption internationale en Algérie

DIA-19 septembre 2018: L’ex-patron d’Eni, Paolo Scaroni, a été acquitté mercredi de l’accusation de corruption internationale en Algérie, de même que le groupe pétrolier italien.

Sa filiale Saipem a été condamnée à une amende et l’ancien président de cette dernière à une peine de plus de quatre ans de prison.

Le procès, ouvert il y a trois ans, portait sur le versement présumé de 197 millions d’euros de pots-de-vin à des responsables publics algériens, entre 2007 et 2010.
Selon l’accusation, ce versement aurait permis à Saipem d’obtenir des contrats pour un total de 8 milliards d’euros, et à Eni d’avoir l’autorisation du ministre Khelil d’acquérir les droits d’exploitation du gisement de gaz de Menzel, via le rachat de la société First Calgary Petroleums.

Mais le tribunal de Milan a jugé que le second fait n’était pas avéré et que M. Scaroni n’était pas responsable pour les contrats de Saipem.

Saipem a elle été condamnée à une amende de 400.000 euros et la confiscation de 197 millions d’euros, considérés comme la valeur du pot-de-vin payé.

Et son président à l’époque des faits, Pietro Tali, s’est vu infliger une peine de 4 ans et 9 mois de prison.

Le 26 février, le procureur Isidoro Palma avait requis des amendes de 900.000 euros contre Eni et Saipem, et des peines de six ans et quatre mois d’emprisonnement contre MM. Scaroni et Tali. L’affaire avait coûté leur poste aux deux hommes.