DIA | Limogeage du directeur de la Culture de M’sila : l’Etat recouvre son autorité
48221
post-template-default,single,single-post,postid-48221,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Limogeage du directeur de la Culture de M’sila : l’Etat recouvre son autorité

DIA-14 janvier 2020: C’est le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, qui a ordonné le limogeage du directeur de la Culture de la wilaya de M’sila, Rabah Drif, a-t-on on appris auprès de ce ministère. C’est la deuxième fois que Drif traite Abane Ramdane de traitre, après s’être distingué en octobre 2019 sans qu’il ne soit inquiété.

Cette fois-ci, le ministère de la Culture a régi sur instruction du président de la République en limogeant le directeur de la Culture de la wilaya de M’sila. Une geste qui permet à l’Etat de recouvrer son autorité. Rabah Drif a été relevé de ses fonctions pour « outrage et offense » à l’un des symboles de la glorieuse Révolution de novembre 1957.

« Attenter à la mémoire de Abane Ramdane est un acte inacceptable dans le fond et la forme », a indiqué un communiqué du ministère de la Culture, qui souligne que Abane Ramdane « est l’une des figures emblématiques de la glorieuse Révolution et l’un des architectes du congrès de la Soummam ».

« L’atteinte à la mémoire des chouhada et moudjahidine qui ont sacrifié leur vie pour la patrie ne relève en aucun cas de la liberté d’expression », a précisé le communiqué.

Le ministère de la Culture a qualifié cet acte d' »irréfléchi » et « moralement et politiquement inacceptable émanant de l’un de ses cadres », affirmant que cette attitude « ne respecte point les règles de responsabilité, dont doivent faire preuve chaque cadre et homme de culture qui assume la direction de la Culture et représente la politique culturelle du gouvernement auprès des citoyens et des habitants de l’une des wilayas du pays ».

Et dire que Rabah Drif est scénariste de plusieurs films sur l’histoire et a occupé le poste de directeur du musée national Nasreddine-Dinet, avant d’être nommé à la tête de la direction de la culture de la wilaya de M’sila.

Il faut saluer la promptitude avec laquelle a réagi le ministère de la Culture à cet incident qui n’honore en rien ce soit disant directeur. Son limogeage est un avertissement qui met en garde tous les responsables qui n’observent pas l’obligation de réserve.

Il s’agit aussi d’une mise en garde à des énergumènes comme Naima Salhi qui use de son immunité de député pour insulter les gens et semer la fitna parmi les Algériens. Le projet de loi criminalisant ces actes est de bon augure dans la mesure où il permettra de recouvrer l’autorité de l’Etat et de mettre fin aux comportements irresponsables et de voyou de certaines personnes qui se croyaient intouchables.

Mohamed Nassim