Maâmar Djebbour répond au dérapage d'Ali Bencheikh - DIA
28767
single,single-post,postid-28767,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-Maamar Djabour

Maâmar Djebbour répond au dérapage d’Ali Bencheikh

DIA-21 février 2018: L’animateur et responsables de la rubrique sportive à la radio nationale Chaîne 3, Maâmar Djebbour s’en est pris ce mercredi matin au consultant de la chaîne TV El Heddaf, Ali Bencheikh qui est aussi un ancien joueur du MC Alger.
Bencheikh avait appelé à ne pas réserver un bon accueil à l’équipe congolaise, Otôho d’Oyo qui avait malmené le Mouloudia au match aller, les Congolais l’ayant emporté sur le score de 2-0. Le MCA accueille ce mercrddi à 19h au stade du 5-Juillet Otôho d’Oyo  pour le compte du match retour des 32e de finale de la coupe de la CAF. Pour Bencheikh, il faut rendre la monnaie de la pièce à ces Congolais, incitant les supportes du MCA à se montrer hostiles à l’encontre de l’équipe adverse.
Djebbour a déploré les propos et l’attitude de Bencheikh, lequel s’en était pris à la CAF. A ce titre, le journaliste de la Chaîne 3 a rappelé à Bencheikh que lui-même, il a été suspendu pour le match retour de la finale de la coupe d’Afrique des clubs champions, remportée par le Mouloudia contre Hafya Conakry au stade du 5-Juillet en 1976. Il a rappelé que c’était grâce à l’intervention du regretté président de la République de l’époque, Houari Boumediene et l’actuel Président algérien, Abdelaziz Bouteflika, qui était alors ministre des Affaires étrangères que Bencheikh avait pu jouer le match retour. Boumediene et Bouteflika étaient intervenus auprès de la CAF, que Bencheikh insulte aujourd’hui, pour que sa suspension soit levée.
Il faut relever aussi que la polémique entre Bencheikh et Djebbour date de plusieurs années et s’échangent régulièrement des politesses.  
Amir Hani