Makri (MSP) : « Les résultats des législatives détermineront le poids réel de l’opposition… » - DIA
16605
single,single-post,postid-16605,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-Makri-Menasra

Makri (MSP) : « Les résultats des législatives détermineront le poids réel de l’opposition… »

DIA-09 mars 2017: Durant la conférence de presse qu’il animée, le président du MSP est revenu sur les critiques que « les boycotteurs » ont adressées aux partis de l’opposition qui ont accepté de prendre part aux Législatives du 4 mai prochain. Incisif, il a laissé entendre que le refus de certains de ces boycotteurs d’y participer découle de leur crainte que ne soit dévoilé leur véritable poids sur la scène politique nationale : «Les résultats (de cette élection) détermineront le poids de chacune des composantes de l’opposition », a-t-il, en effet, déclaré. Comme pour mettre en exergue la spécificité de son parti par rapport aux autres formations de cette opposition, Abderrezak Makri a ajouté que « la maladie du président et la vacance du pouvoir n’ont jamais fait partie du lexique du MSP ». Se voulant plus précis, il a rappelé que « depuis les années 90, (celui-ci) a toujours parlé, à propos du pouvoir, d’une légitimité limitée et bancale ». Dans la lancée, il a démenti « toute négociation avec le pouvoir sur quoi que ce soit ». Et ce, non sans « mettre au défi ceux qui l’affirment, d’en apporter la moindre preuve». Visiblement irrité par de telles accusations, le président du MSP a déclaré que « la conscience des militants de son parti n’était pas à vendre ». Et que « leur ligne de conduite permanente est d’œuvrer à imposer des élections transparentes ». Ceci non sans rappeler que le MSP est, « de tous les partis celui qui le plus souffert de la fraude… »

Mourad Bendris

Envoyer un commentaire