Malik Bensmail, un réalisateur "anti-Bouteflika" consacré au Festival d'Oran - DIA
34238
single,single-post,postid-34238,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-Malek Bensmail

Malik Bensmail, un réalisateur « anti-Bouteflika » consacré au Festival d’Oran

DIA- 31 juillet 2018: Le producteur Hachemi Zertal ne croyait pas ses yeux : Le film qu’il avait produit du réalisateur Malek Bensmail « La bataille d’Alger, un film dans l’histoire » a remporté le prix du jury au Festival du film Arabe d’Oran ce soir. Une consécration inattendue du moment que le réalisateur avait présenté son doc en version française dans un festival dédié au cinéma arabe. Mais Bensmail doit ce prix à un jury essentiellement francophone totalement acquis à sa cause: Une italienne, un belge, une franco-marocaine, l’autre membre du jury égyptien est francophone n’a pas apprécié le film, qu’il a jugé trop long, même plus long que le film la bataille d’Alger. Quand au président de jury l’irakien de la section documentaire, il n’a pas du tout compris le doc, puisque le film était totalement en langue française et même les dialogues en derdja étaient sous titrés en français.  

Le plus étonnant dans cette histoire est que le film est réalisé par un farouche opposant au président Bouteflika. Il l’avait affiché ouvertement dans un documentaire en 2005, « le grand jeu » où il avait fait la promotion de la campagne du candidat Ali Benflis, contre le candidat Bouteflika lors de la présidentielle en 2004. Le film a été interdit en Algérie et avait même obtenu son interdiction en France. 

Passé cet épisode, son producteur avait réussi à convaincre le ministère de la Culture de sa bonne volonté pour financer son prochain documentaire, « La chine était encore trop loin », là encore Malek Bensmail qui est revenu sur les traces du FLN dans les Aurès 50 ans après l’indépendance a offert une image très négative du FLN de l’époque et même celle du FLN  d’aujourd’hui. 

En 2015, Malek Bensmail revient à la charge contre Bouteflika avec un nouveau doc « Contre-Pouvoirs », où il fait une plongée au sein de la rédaction d’El Watan durant la dernière Présidentielle de 2014, dénonçant le 4e mandat de Bouteflika. Le film a été interdit en Algérie.  

Dans son dernier documentaire, il revient sur le tournage du film la bataille d’Alger 50 ans après sa sortie en salles , en présentant une vision bien française du thème. Le documentaire qui dure plus de deux heures, ne comporte aucune image du film la Bataille d’Alger ; Yacef Saadi ayant refusé de collaborer avec lui, obligeant Malek Bensmail à n’utiliser que les photos pour meubler son documentaire mais avec une large participation d’intervenants opposés au président Bouteflika. 

Il est quand-même étonnant de voir ce cinéaste qui roule pour la France et qui passe son temps à critiquer l’Algérie, son gouvernement et sa révolution, être consacré au Festival d’Oran qui est placé sous le haut patronage  du président de la République. 

Amir Hani