Malika Maatoub répond à Naima Salhi et l'invite à un face à face sur Echourouk News (Vidéo) - DIA
28375
single,single-post,postid-28375,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-Malika Maatoub

Malika Maatoub répond à Naima Salhi et l’invite à un face à face sur Echourouk News (Vidéo)

DIA-12 février 2018: La sœur du chanteur rebelle Malika Maatoub a répondu avec aisance au dérapage de Naima Salhi en l’invitant à quitter l’Algérie, une terre amazighe. 

Puisqu’elle prétend descendre de la famille du prophète, elle n’a qu’a retourner dans son pays d’origine (NDLR Arabie Saoudite) a notamment déclaré la sœur du chanteur Maatoub Lounes. 

Malika Maatoub a révélé aussi qu’elle a demandé un face à face dans une émission qui sera diffusée par la chaîne de télévision arabophone Echourouk TV la semaine prochaine. Selon certaines sources c’est l’émission de débat de Kada Benamar sur Echourouk News qui accueillera les deux femmes politiques. Un débat qui s’annonce chaud et qui provoquera sûrement une explosion de l’audimat de la chaîne TV arabophone.  

Malika Maatoub a même affirmé que Naima Salhi est payée pour parler et pour faire parler d’elle. Pour qualifier son attitude, la sœur du chanteur a même cité un proverbe kabyle qui dit: «C’est semblable à l’histoire de celui qui est allé faire ses besoins dans la fontaine pour faire parler de lui dans son village », affirmant que la députée cherche à faire parler d’elle à tout prix.   

Les propos de Naïma Salhi sur la langue Tamazight, ont créé une vaste polémique, provoquant une grande colère chez les kabyles en général, parmi eux le député Khaled Tazaghart, le chanteur Mohamed Allaoua ainsi que du président de Jil Jadid Sofiane Djillali. Des députés de l’APN ont également demandé la démission de Naïma Salhi suite à ses déclarations.

Amel Bouchaib