Marine Le Pen demande la suspension de l'octroi de visas aux Algériens - DIA
40812
single,single-post,postid-40812,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
Le pen

Marine Le Pen demande la suspension de l’octroi de visas aux Algériens

DIA-13 mars 2019: Elle veut prévenir un éventuel « afflux migratoire »… Marine Le Pen a donc demandé ce mardi 12 mars que le gouvernement suspende l’octroi de visas aux Algériens.

« Il faut le faire. C’est une mesure raisonnable que de suspendre ces octrois » de visas pour les Algériens, a déclaré sur BFMTV-RMC la présidente du Rassemblement national (RN), dont le père et ancien président du Front national (devenu RN) Jean-Marie Le Pen a émis cette idée sur Twitter.

La députée du Pas-de-Calais a expliqué : 

« Une déstabilisation de l’Algérie pourrait entraîner demain un flux migratoire très considérable. Car […] il existe des accords entre l’Algérie et la France qui permettent des venues qui sont extrêmement allégées pour les Algériens. »

297.104 visas délivrés en 2018

Et d’ajouter : 

« Par le passé, l’Algérie a vécu des moments très difficiles de guerre civile, et tout cela peut entraîner des mouvements de population que nous ne serions pas en capacité de gérer. »

Le nombre de visas octroyés à des Algériens a fortement baissé en 2018 par rapport à 2017. Quelque 297.104 visas ont été délivrés en 2018, contre 413.976 en 2017, selon le ministère de l’Intérieur.

France-Algérie : un devoir de non-indifférence

Pour autant, les Algériens bénéficient d’un régime particulier pour les titres de séjour. Leur entrée en France est par exemple « facilitée par l’absence d’exigence de visa de long séjour pour la délivrance de titres de séjour aux conjoints et parents de Français » et ils « peuvent accéder plus rapidement que les ressortissants d’autres Etats à la délivrance d’un titre de séjour valable dix ans », selon la même source.

Marine Le Pen a par ailleurs avancé une « comparaison qu’on peut faire entre l’Algérie et la France et beaucoup de pays dans le monde, c’est cette soif de démocratie. En réalité on s’aperçoit qu’en Algérie, il n’y a plus véritablement aujourd’hui de démocratie. Il n’y en a pas véritablement non plus en France ».

La finaliste de la présidentielle en 2017 a souhaité que le président algérien Abdelaziz Bouteflika, qui a renoncé lundi soir à un cinquième mandat mais a reporté sine die la présidentielle du 18 avril, « dise maintenant quel est précisément son plan et son calendrier » électoral.

AFP