Les médecins résidents d'Alger décident de poursuivre la grève et exigent l'annulation du service civil - DIA
30535
single,single-post,postid-30535,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-résident grève

Les médecins résidents d’Alger décident de poursuivre la grève et exigent l’annulation du service civil

DIA-04 avril 2018: A la surprise générale, les médecins résidents de la wilaya d’Alger ont décidé de poursuivre la grève illimitée, entamée depuis novembre dernier. Ils compromettent ainsi l’année universitaire qui risque d’être déclarée année blanche. Les médecins résidents exigent l’annulation pure et simple du service civil, institué depuis des décennies en Algérie pour prendre en charge les populations des zones enclavées.
Les médecins résidents d’Alger qui se sont réunis ce mardi ont unanimement décidé de poursuivre leur grève et rejeter les propositions du ministère de la Santé, selon le Collectif autonome des médecins résidents algériens (CAMRA).
Pour le Collectif, « les propositions du ministère n’étaient pas convaincantes, car ne présentant pas de solutions réelles ». Le CAMRA tient ainsi à la revendication relative à l’annulation du service civil et refuse la proposition de le réduire à une durée de deux ans. Ils veulent bénéficier, au même titre que tous les citoyens, de l’exemption du service national ».
Le vote organisé en assemblées générales, à travers l’ensemble du territoire national se poursuit et la décision définitive de poursuite ou d’arrêt de la grève au niveau national sera prise ce mercredi.
Les responsables du ministère de la Santé avaient formulé, dimanche, lors de leur réunion avec les représentants du Collectif plusieurs propositions au profit des médecins résidents et donné leur accord pour la « réouverture » du dossier du statut du résident, en vue d' »y apporter toutes les corrections nécessaires aux insuffisances et incohérences contenues dans le statut actuel ».
Mohamed Nassim