BIGtheme.net http://bigtheme.net/ecommerce/opencart OpenCart Templates

Les médias français et l’Algérie: Dans les coulisses d’une conférence de presse pas comme les autres

DIA-10 avril 2016-18h56: Jamais le Palais du Gouvernement n’a suscité autant d’intérêt pour les journalistes nationaux et étrangers que lors de cette conférence de presse conjointe organisée entre le premier ministre Abdelmalek Sellal et son homologue français Manuel Valls. Dès 10h du matin, les journalistes algériens tout organes confondus étaient déjà en place pour assister à un point de presse « pas ordinaire » marquée par des tensions entre la presse française et le gouvernement algérien. Dès le départ une frontière virtuelle entre la presse algérienne et française était tracée: Les journalistes français qui avaient suivis la délégation française lors des travaux à l’hôtel Aurassi, se sont mis à l’écart dans un coin de la grande salle de conférence, le regard blême, l’esprit craintif et surtout méfiant envers les journalistes algériens. Les échanges entre eux et les médias algériens sont rares mais courtois. Seule la journaliste d’Itété Myriam Encaoua discute avec des journalistes algériens. Les caméras des deux chaînes d’infos françaises, Itélé et BFM tv, se sont installés sur le côté, loin de la horde des caméras algériens soigneusement installés sur une seule rangée.

DIA-BFM TV et ITELE a alger
Les journalistes d’iTélé et BFMTV se mettent dans un coin de la salle à l’écart des autres télés algériennes 

La presse nationale est divisée sur la polémique du journal Le monde. Certains journalistes algériens ont exprimé leur mécontentement suite au refus d’Alger d’accorder un visa au journaliste du Monde, surtout après l’excuse de la rédaction du quotidien français. D’autres journalistes et essentiellement ceux de la presse arabophone saluent en revanche la réaction ferme du gouvernement algérien, après la bourde du Monde.

Les responsables de la Communication du premier ministère comme ceux du service de presse et audiovisuel de l’Ambassade de France tentent de faciliter la tache des journalistes des deux camps. Comme à chaque fois la presse française est minoritaire dans l’arène, la présence en force des télévisions privées et publiques et ceux de la presse écrite et électronique algérienne ont impressionné certains journalistes qui viennent pour la première fois couvrir une visite ministérielle à Alger.  D’autres qui ont déjà eu le bonheur de couvrir les visites des ministres français et du président Hollande sont toujours admiratifs devant l’imposante bâtisse coloniale de l’ancien Gouverneur français de l’Algérie colonisée et d’ou De Gaule avait prononcé son fameux: « Je vous ai compris »

DIA-CONFE-fralg
Une journaliste pose une question sous le regard attentif de la ministre de la Culture et de la communication Mme Audrey Azouley

Après plus trois heures d’attente, c’est exactement à 13h15 que les premiers ministres Sellal et Valls font enfin leur apparition dans la salle pour un exercice toujours délicat: répondre aux questions des journalistes. L’entrée des ministres algériens et français ont fait réagir les journalistes sur place. La ministre de l’éducation française Najet Belkacem se dirige vers le carré des journalistes français pour avoir de leur nouvelles. Ils expriment leurs mécontentements pour le manque de solidarité des ministres français sur leur traitement du journaliste du Monde. Il faut dire que la ministre de la Culture et de Communication, qui faisait partie de la délégation française ne s’est pas exprimée aux médias sur l’affaire. Plus étonnant, c’est le ministre des affaires étrangères Jean Marc Ayrault, qui s’est exprimé sur cette affaire depuis Hiroshima au Japon où il participait au G7 des Affaires étrangères. Le chef de la diplomatie française a déploré une « atteinte à la liberté de la presse » après le refus d’Alger d’octroyer des visas à deux journalistes français pour couvrir la visite officielle du Premier ministre Manuel Valls. Une déclaration diplomatique « maladroite » venant d’un ministre qui grille ainsi la politesse de son premier ministre à quelques minutes de la conférence de presse organisé sur ce sujet justement à Alger.

Dès le début de la conférence de presse, les journalistes français et algériens se disputent le micro pour poser la première question. C’est la représentante de la télévision nationale qui s’est accaparé du micro pour poser une question en arabe sur le contenu de la réunion du Comité intergouvernemental de haut niveau entre l’Algérie et la France. La traduction en français et en arabe de la conférence est imparable. C’est le premier ministre Sellal qui aura donc le privilège d’ouvrir le bal des questions. C’est à ce moment là que le représentant d’un média français qui ne s’est pas s’identifié, prendra la parole pour exprimer au nom de ses collègues son mécontentement sur l’affaire du refus de visas pour les journalistes du quotidien Le Monde.  

Tous les journalistes de France sont les bienvenus en Algérie

camera algérienne
La presse audiovisuelle algérienne en force à la conférence de presse

Le Premier ministre Sellal qui était bien préparé pour répondre à cette question, a donné une leçon de liberté d’expression aux journalistes français et a réfuté toute atteinte à la liberté de la presse, affirmant que l’Algérie est sans doute le seul pays au monde qui a inscrit la liberté de la presse dans la nouvelle Constitution. Le premier ministre Sellal a surtout précisé que Le Monde, « un journal respecté et respectable », avait porté atteinte à l’honneur d’une institution sacrée en Algérie, à savoir la Présidence de la République, avant d’ajouter « Nous n’avons pas touché à la liberté de la presse et on ne touchera jamais à la liberté de la presse et tous les journalistes de France sont les bienvenus en Algérie.« 

Le premier ministre Sellal a surtout mis l’accent sur une forme de haine qui porte ainsi préjudice au prestige à la personnalité du président de la République.

Dans une réaction d’apaisement, le premier ministre français Manuel Valls s’est joint au débat et a tenu à réagir aussi alors que la question ne lui était adressée en déclarant qu’il a déjà eu l’occasion d’exprimer ses regrets et que les messages sont passés: « tournons-nous vers l’avenir »

La réponse de Sellal, appuyé par l’intervention de Valls a apaisé la tension et les journalistes français ont visiblement reçu le message et a été chaleureusement accueilli par les journalistes algériens qui ont apprécié le tact et l’aisance du premier ministre sur un sujet aussi sensible. Seulement cinq questions ont été posé durant ce point de presse (Deux dans chaque camps), la dernière question a été « imposée »  par le journaliste d’Ennahar, qui a interrogé le premier ministre Valls sur le partenariat privilégiée avec le Maroc et la question du Sahara Occidentale, le premier ministre français a déclaré à ce sujet: « J’ai rappelé que la position de la France sur cette question reste inchangée et que toute solution doit être trouvée dans le cadre des Nations Unies », précisant que la France « assume ses responsabilités en tant que membre du Conseil de sécurité« .

14h30, fin de la conférence de presse Sellal-Valls, les journalistes ont remarqué une grande complicité entre les deux haut responsables. Ce point de presse a néanmoins rétablit les choses dans leur contexte et relancé le débat sur l’objet réel de la visite: le partenariat économique privilégié entre Alger et Paris.

Salim Aggar

@salimaggar    

TwitterGoogle+Partager

Voir Aussi

ksentini

La présidence de la République dément «les affabulations» de Me Farouk Ksentini

DIA-19 novembre 2017: Les déclarations du président de l’ancienne Commission nationale consultative de promotion des ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *