Mihoubi : "Le film Larbi Benmhidi n'est ni interdit ni censuré!" - DIA
38534
single,single-post,postid-38534,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-Mihoubi

Mihoubi : « Le film Larbi Benmhidi n’est ni interdit ni censuré! »

DIA-10 Décembre 2018: Aucune institution de l’Etat, ni le gouvernement, ni le ministère des moudjahidines, ni le ministère de la Culture n’ont un problème avec le film Larbi Ben mhidi. Nous travaillons tous pour que ce film voit le jour.» a déclaré le ministre de la Culture M.Azzedine Mihoubi qui a réagi à l’annonce du réalisateur Bachir Derrais que son film sur Larbi Ben Mhidi est définitivement interdit.

A ce propos le ministre de la culture a déclaré :  « On a été surpris par une déclaration bizarre du réalisateur et producteur exécutif de ce film qui a dit que le gouvernement a interdit définitivement ce film. Je démens ces déclarations. Le problème du réalisateur et producteur exécutif du film est avec une commission spécialisée, qui est constituée légalement pour statuer dans les films sur la révolution et qui touchent à des personnalités historiques. »  

M.Mihoubi a ajouté en expliquant : « Ce film a été présenté trois fois devant cette commission composée d’historiens qui a eu de longues discussions avec le réalisateur et producteur exécutif et a énuméré une série de réserves. Il est naturel qu’après chaque films il y ait des réserves dans le fond et dans la forme. La commission a recensé 45 réserves et le réalisateur s’est engagé à répondre à ces réserves afin de permettre au film de sortir.  Mais après le troisième visionnage, la commission a une nouvelle fois découvert que les scènes sur lesquelles il y a eu des réserves ont été maintenues et dans ce cas, la commission a maintenu les réserves et a demandé une nouvelle fois au réalisateur de supprimer les scènes sur lesquelles il y a  des réserves. Et à aucun moment, la commission n’a déclaré  que le film  était interdit. Donc officiellement le film n’est ni interdit ni censuré. » a précisé le ministre de la Culture.

« Malgré tous les dépassements qu’a connu ce film, les retards dans sa production et le non respect du scénario original, on a accepté que le film soit terminé et cela par respect pour le chahid Larbi Ben Mhidi. Ni le ministère des moudjahidines ni le ministère de la Culture ne se sont mêlés de l’histoire et du contenu de ce film et a laissé une commission légale et officielle qui se charge de la vérification de sa conformité avec l’histoire. » a encore expliqué le ministre 

« les ministères de la culture et des moudjahidines qui sont les principaux producteurs de ce film ont un droit de regard final sur cette production et la balle est dans le camp du réalisateur et producteur exécutif pour se mettre en conformité avec le contrat signé avec les deux entités. On n’est pas encore arrivés à la version du film qui arrange toutes les parties. Le réalisateur a devant lui une nouvelle occasion pour corriger ce film et lever les réserves qui lui ont été signifiées. » a conclu le ministre de la Culture Azzedine Mihoubi. 

Salim Bey