Le ministère du Travail veut retirer les agréments aux syndicats non représentatifs - DIA
29353
single,single-post,postid-29353,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
dia-greve-a-bejaia

Le ministère du Travail veut retirer les agréments aux syndicats non représentatifs

DIA-06 mars 2018: Le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale a décidé de mettre un terme à l’anarchie qui caractérise l’action syndicale en Algérie. Désormais, il n’y a que les syndicats justifiant d’un taux de 20% de représentativité qui seront autorisés à activer sur le terrain. Les syndicats qui ne sont pas représentatifs verront leurs agréments retirés, a-t-on indiqué au ministère.
Un délai allant jusqu’au 31 mars de cette année est accordé à ces syndicats pour transmettre au ministère du Travail le nombre de leurs adhérents au niveau national afin de déterminer le taux réel et effectif de leur représentativité et leur ancrage au sein du monde du travail, a-t-on ajouté.
En ce sens, il a été constaté que des syndicats non représentatifs se sont coalisés avec d’autres syndicats non représentatifs également afin de déclencher des mouvements de grève, révèle-t-on au ministère du Travail,  précisant que l’action de ces syndicats a pu être mise en valeur grâce à une surmédiatisation de leurs mouvements de grève , alors qu’ils ne sont pas représentatifs.
Pour rappel, il existe 65 syndicats de travailleurs et 36 autres de patronats, inscrits au niveau du ministère du Travail.
Par ailleurs, le ministre du secteur, Mourad Zemali, a indiqué ce lundi que le nouveau projet de code du travail qui comprend 670 articles, vient renforcer les droits des travailleurs et consacrer les libertés syndicales, tel que stipulé par la Constitution, précisant que ce projet met l’accent sur « le consensus entre les différentes parties, y compris les partenaires sociaux, et ce dans le cadre de la démarche du dialogue social ». Pour la précision, le droit de grève est garanti par la loi sur le travail en Algérie.
Amir Hani