Le ministre de l'Industrie déplore la hausse des prix des véhicules montés localement - DIA
29350
single,single-post,postid-29350,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-montage-vehicule

Le ministre de l’Industrie déplore la hausse des prix des véhicules montés localement

DIA-05 mars 2018: Le ministre de l’Industrie et des mines, Youcef Yousfi qui est un ministre de la République, a déploré la cherté des prix des véhicules montés en Algérie. Ce ministre ne fait que déplorer, se montrant incapable de prendre la moindre décision pour que les prix des véhicules montés (et non fabriqués en Algérie), soient revus à la baisse. Du gouvernement Tebboune à celui d’Ouyahia, aucun ministre n’a osé casser le tabou et expliquer les raisons de la hausse des prix des véhicules montés localement.
« Nous avons demandé à l’ensemble des constructeurs locaux de nous remettre les prix. Ces prix seront affichés et l’Etat veille à ce que les prix des véhicules montés localement ne soient pas supérieurs à ceux importés », a indiqué Yousfi lors d’une conférence de presse animée en marge des 1ères Journées techniques de la sous-traitance véhicules.
Il a soutenu que si ce n’est pas au gouvernement de fixer les prix des véhicules montés localement, il n’en demeure pas moins qu’il est habilité à contrôler les prix pratiqués. D’ailleurs, a-t-il poursuivi, les cahiers des charges stipulent que les véhicules montés en Algérie ne doivent pas être plus chers que ceux importés.
Sur un autre plan, il a avancé que l’Algérie était capable de développer une industrie automobile « forte » à même de couvrir les besoins nationaux et d’envisager l’exportation.
En attendant, les prix des véhicules ne cessent d’augmenter et ce sont les spéculateurs qui imposent leurs lois. Les prix des véhicules neufs sont alignés sur les prix pratiqués sur le marché parallèle et incontrôlé des véhicules d’occasion. En somme, l’absence de l’Etat régalien a fait que les spéculateurs imposent leur diktat au détriment des citoyens dont le pouvoir d’achat s’érode quotidiennement.
Mohamed Nassim