La ministre française de la Justice Nicole BELLOUBET en visite en Algérie les 27 et 28 janvier - DIA
39607
single,single-post,postid-39607,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
dia-beloubet

La ministre française de la Justice Nicole BELLOUBET en visite en Algérie les 27 et 28 janvier

DIA- 26 janvier 2019: La ministre française de la Justice, Mme Nicole BELLOUBET effectuera une visite en Algérie les 27 et 28 janvier 2019 à l’invitation du  ministre de la Justice M. Tayeb LOUH, a annoncé aujourd’hui l’Ambassade de France dans un communiqué.  La ministre s’entretiendra à cette occasion avec son homologue sur les différents volets de la coopération judiciaire entre l’Algérie et la France, une coopération riche et fructueuse pour les deux pays. Cette visite sera l’occasion de procéder à la signature, avec le ministre de la Justice, M. Tayeb LOUH, d’une nouvelle convention d’extradition entre la France et l’Algérie. Cette convention constitue un outil moderne et ambitieux pour encadrer les futures relations de coopération judiciaire en matière pénale. Elle permettra de fluidifier les échanges et de faciliter la mise en œuvre de certaines demandes d’extradition, tout en garantissant le respect des valeurs fondamentales de nos deux pays. L’Algérie constitue pour la France un partenaire stratégique, qu’il s’agisse des échanges en matière de lutte contre le terrorisme ou en matière civile, un domaine dans lequel le développement de notre coopération est prometteur, précise encore le communiqué.

La signature de cette convention d’extradition marque en outre une nouvelle avancée dans le renouvellement du cadre conventionnel après l’entrée en vigueur, en mai dernier, d’une nouvelle convention d’entraide judiciaire en matière pénale. Cette visite constituera également pour la Garde des Sceaux française l’occasion de rencontrer et d’échanger avec les acteurs du système judiciaire algérien afin de mieux cerner les enjeux et les attentes vis-à-vis de leur coopération, et d’échanger sur la modernisation des juridictions dans le cadre des réformes engagées dans nos deux pays afin de rendre la justice plus proche des citoyens et de l’adapter aux nouveaux outils numériques.