Modifications techniques de billets ou les fausses solutions de la Banque d'Algérie - DIA
28445
single,single-post,postid-28445,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-planche-a-billets

Modifications techniques de billets ou les fausses solutions de la Banque d’Algérie

DIA-13 février 2018: Une opération de modifications techniques de certains billets de banque, en vue de leur sécurisation contre toute opération de falsification, sera lancée prochainement, a annoncé le gouverneur de la Banque d’Algérie, Mohamed Loukal. Voilà une fausse solution aux problèmes réels de liquidités que connait le pays.
En fait, la solution radicale consiste à changer carrément les billets de banque afin d’amener les trabendistes qui contrôlent le marché parallèle à bancariser tout leur argent. Mais il semble que les barons du marché parallèle ont un pouvoir qui fait que le gouvernement évite d’aller vers l’option de changer les billets de banque.
En ce sens, le gouverneur de la banque d’Algérie préfère la fausse solution de changer techniquement les billets de 100 DA, 500 DA et 1.000 DA, avant de s’élargir progressivement à d’autres billets. Il s’agit en fait d’un aveu du gouvernement quant à son incapacité à lutter contre l’économie informelle.
Selon Loukal, le changement technique des billets de banque s’inscrit dans le cadre du renouvellement ordinaire des billets de banque à l’effet de modifier certains aspects techniques des monnaies usitées depuis plus de 30 ans.
Il a tenu à rassurer les trabendistes et ceux qui contrôlent l’informel qu’il ne s’agit pas de changer la monnaie et que « cette question (le changement de la monnaie) n’est pas à l’ordre du jour de la Banque centrale ». En d’autres termes, l’informel continuera de dominer l’économie nationale car au lieu de prendre des mesures à l’encontre de ces barrons, le gouvernement opte pour des solutions de facilité qui pénalisent en premier lieu les citoyens les plus démunis.
Mohamed Nassim