DIA | Mokhtar Reguieg, ancien chef du protocole de Bouteflika, derrière les barreaux
49161
post-template-default,single,single-post,postid-49161,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Mokhtar Reguieg, ancien chef du protocole de Bouteflika, derrière les barreaux

DIA-24 février 2020: Mokhtar Reguieg, ancien directeur du protocole à la présidence de la République au temps de Abdelaziz Bouteflika, a été placé ce lundi en détention provisoire pour « affaires de corruption et trafic d’influence », selon des sources judiciaire.

L’arrogant Reguieg fait partie du cercle proche et restreint de l’ancien président dans la mesure où il avait accès directement à Bouteflika sans protocole. Il était un des rares responsables à avoir un bureau dans la résidence médicalisée de Zeralda où était établi l’ancien président avec sa famille.

Ainsi, après Said Bouteflika, le Général à la retraite Mohamed Mediene dit Toufik, le patron des services secrets en Algérie (Direction des services de sécurité DSS, ex-DRS) Bachir Tartag, Abelhamid Melzi et les deux anciens Premiers ministres Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, c’est au tour de Reguieg d’être incarcéré. C’est dire l’étendue de la corruption en Algérie dans le cercle restreint de l’ancien président de la République.

Aussi, quatre autres personnes ont été placées en détention provisoire dans la même affaire que Reguied, à savoir les hommes d’affaires Metidji Hocine Mansour, Metidji M’hamed Zoubir, Haddad Ali et Ouaroune Ahmed.

Dans la même affaire, cinq autres personnes ont été placées sous contrôle judiciaire, dont l’ex-directeur général de l’Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC) Mohamed Belabdi, alors que quatre autres ont été mises en liberté. La lutte contre la corruption s’annonce longue compte tenu de son enracinement chez les hauts responsables du pays.

Amir Hani