DIA | Moscou accuse les USA de profiter du Coronavirus pour approvisionner des terroristes en Syrie
50180
post-template-default,single,single-post,postid-50180,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Moscou accuse les USA de profiter du Coronavirus pour approvisionner des terroristes en Syrie

DIA-28 mars 2020: Les militaires russes et syriens ont affirmé samedi que les Etats-Unis essaient de tirer profit de la pandémie de Covid-19 pour aider des groupes armés illégaux en Syrie, rapporte l’agence russe Sputnik.

« La partie américaine cherche cyniquement à profiter de la propagation du coronavirus et exerce une pression sur l’Onu pour approvisionner des radicaux en frets ‘humanitaires’ sous couvert de livraisons de moyens de diagnostic de l’infection dans le camp de réfugiés d’Al-Rukban », selon une déclaration d’urgence des états-majors interministériels de coordination de la Fédération de Russie et de la Syrie.

Dans cette déclaration, Moscou et Damas signalent que l’administration du camp, sur conseil de ses « mentors américains », intensifie une campagne d’information et parle de la « situation critique » dans laquelle se trouvent les habitants pour ainsi persuader la communauté internationale de la nécessité d’apporter une aide afin d’éviter « une catastrophe humanitaire » dans la région.

Dans le même temps, il est souligné que les problèmes humanitaires auxquels les réfugiés du camp doivent faire face sont la conséquence de l’occupation illégale de ce territoire syrien par les Etats-Unis.

Le communiqué souligne que le gouvernement syrien a approuvé un plan de six mois du ministère de la Santé pour lutter contre le coronavirus.

Le nombre de services de quarantaine a été augmenté, 19 groupes de travail ont également été mis en place dans toutes les régions du pays pour suivre les cas d’infection.

Le gouvernement syrien s’est dit prêt à diagnostiquer tous ceux qui quittent le camp de réfugiés d’Al-Rukban et à organiser leur hospitalisation et leur traitement en cas de test positif au virus.

Pour rappel, le camp d’Al-Rukban se trouve dans le sud-est du gouvernorat de Homs, à la frontière entre la Syrie et la Jordanie, dans la zone contrôlée par les Etats-Unis.