DIA | Multiplication des appels téléphoniques entre les dirigeants français et algériens
54733
post-template-default,single,single-post,postid-54733,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Multiplication des appels téléphoniques entre les dirigeants français et algériens

DIA-10 septembre 2020: L’appel téléphonique reçu par le Premier ministre, Abdelaziz Djerad de son homologue français, Jean Castex, confirme le réchauffement des relations entre l’Algérie et la France. Un réchauffement qui intervient suite à une période de brouille notamment après l’élection du Président Tebboune à la présidence de la République.

Les relations tendues entre les deux pays durant le Hirak et la période de transition ayant suivi la démission de l’ex-président de la République Abdelaziz Bouteflika, ont cédé la place à une véritable lune de miel.

C’est après les deux dernières visites du chef de la diplomatie française en Algérie, Jean Yves Le Drian, marquées par des échecs, que les relations se sont réchauffées. C’est le président français, Emmanuel Macron qui a pris l’initiative de relancer les relations entre les deux pays, notamment après le rapprochement constaté entre l’Algérie et d’autres puissances mondiales, en l’occurrence la Russie, la Chine et les Etats Unis d’Amérique.

C’est ainsi que les contacts et les appels téléphoniques se sont multipliés entre les présidents Adelmadjid Tebboune et Macron. Les Premiers ministres des deux pays font de même puisque les appels téléphoniques entre eux ont été nombreux ces derniers temps.

Du côté français, on insiste sur la tenue de la prochaine session du Comité intergouvernemental de haut niveau (CIHN), sachant que la dernière session s’était tenue à Paris en 2018 sous la coprésidence de Ahmed Ouyahia et Edouard Philippe.

La France souhaite ainsi que le Président Tebboune effectue une visite de travail à Paris le plus tôt possible, pour relancer la coopération entre les deux pays, sachant que la France bénéficiait de plusieurs privilèges au temps de Bouteflika.

Amir Hani